local_offer JPICS

Le lycée technique Assumpta dans l’optique de JPICS

L eventjeudi 22 février 2024

 See the photos

 

Une réflexion personnelle sur la mission de l'ATHS.

Par Sœur Mary Elizabeth Dung Le,r.a

Edité par Sr. Josefina Maria Magat,r.a

 

Il me semble que JPICS n'est pas un vocabulaire nouveau dans la vie et la mission du Lycée Technique Assumpta (ATHS) puisque cette institution est née pour les pauvres en 1970. Elle reste encore aujourd'hui une école au service des pauvres. Et elle se met continuellement à jour pour mieux répondre à la situation actuelle de notre époque. C'est ma quatrième année d'affectation ici dans la communauté de San Simon et je suis au service de la vie et de la mission de l'ATHS. Je suis reconnaissante de me retrouver ici dans cette mission. C'est un lieu qui ne cesse de s'améliorer pour la vie et la mission pour lesquelles il est né et existe toujours. Je trouve ici, dans ATHS, un aperçu du Royaume que Jésus désire pour ses pauvres.

Nous – celles qui sont actuellement affectées ici – sommes au milieu de cette mission, récoltant et goûtant les fruits du travail et du service généreux de celles qui l’ont commencée. Nous poursuivons l'héritage qu'elles nous ont légué, pour en maintenir l'esprit tout en avançant dans la direction qu’exigent les réalités actuelles. Dans cette mission, je trouve un partenariat laïc et religieux très fort et solidaire. Nous élaborons ensemble chaque année notre plan commun école-communauté. Les domaines propres à notre vie religieuse sont respectés et soutenus. Suivant fidèlement son objectif initial et se mettant à jour pour répondre à nos problématiques actuelles, l'ATHS suit de près la direction prise par la province et élabore chaque année son plan d'action de l'année scolaire tant pour les religieuses que pour les laïcs en vue d’un meilleur service.

La formation du caractère, ancrée dans la foi et la spiritualité, l'excellence académique et la responsabilité sociale, tel est notre objectif dans l'éducation des élèves. Justice, paix, intégrité, souci de la création et solidarité (JPICS) fait partie intégrante de notre programme. Examinons de plus près certaines pratiques récentes de l'ATHS à travers le prisme de JPICS.

De par sa nature, Justice, Paix, Intégrité, Souci de la Création et Solidarité (JPICS) est une partie importante de la vie et de la mission de l’ATHS. C'est une école pour les pauvres. Son objectif est de donner la meilleure éducation possible aux pauvres afin d'améliorer leur vie et d'affirmer leur intégrité. Concrètement, cela se fait en utilisant le système de frais de scolarité socialisés où les élèves paient le montant que leurs familles peuvent se permettre, de telle façon que les familles aux revenus plus élevés assument une plus grande responsabilité dans l'éducation de leurs enfants tandis que celles qui sont pauvres reçoivent une aide financière sans aucune discrimination sociale. Une autre stratégie consiste à proposer un double cursus comprenant un programme académique complet et un ensemble supplémentaire de cours professionnels et techniques pour acquérir des compétences plus pratiques, ce qui peut s'avérer utile pour un revenu supplémentaire après l'obtention du diplôme. Une troisième stratégie consiste à offrir à tous les élèves un programme pastoral qui couvre tous les projets et activités répondant à l'appel à la responsabilité sociale en tant que partie intégrante de la formation holistique du caractère des élèves.

Régime de frais de scolarité socialisés :

Le programme de frais de scolarité socialisés est la politique scolaire consistant à attribuer le montant approprié à facturer à chaque élève en fonction de la situation financière réelle de la famille. Ceci est méticuleusement déterminé en évaluant les différents aspects de chaque situation familiale. Ce processus fastidieux est assumé par l’ensemble de l’école à des niveaux d’implication variés. Mon expérience de participation aux réunions de l’équipe de délibération du Bureau des admissions et des bourses (AGO) pour décider des frais de scolarité attribués individuellement aux élèves est quelque chose que j’apprécie profondément. Ce faisant, j'apprends comment l'ATHS accueille tous les élèves, en particulier les plus pauvres, et met à leur disposition la bonne qualité d'éducation qu'ils méritent. Puisque chacun paie selon ce que la famille peut se permettre, il devient responsable de son éducation tout en préservant sa propre dignité. Plus de 90 % de nos étudiants bénéficient d'une aide financière car ils paient moins que le coût réel de l'éducation. Ceci est possible grâce aux nombreux bienfaiteurs qui soutiennent le programme notamment parmi nos anciennes élèves de l'Assomption ainsi que nos anciens élèves de l'ATHS eux-mêmes. En effet, notre école reste une école de choix par la qualité de son enseignement et la priorité qu'elle accorde aux plus démunis.

Programme de double cursus ATHS :

Dans le double cursus de l'ATHS, outre le programme académique, les élèves peuvent choisir l'un des cours professionnels/techniques tels que la programmation informatique, la fabrication de meubles, les services de santé de base, la pâtisserie et la boulangerie et d'autres pour une formation spécialisée. Cela aide les élèves à obtenir à la fois un diplôme académique et un certificat professionnel/technique. Ils peuvent avoir plus de choix après l'ATHS, soit poursuivre leurs études universitaires, soit aller travailler avec les compétences certifiées par le gouvernement qu'ils ont acquises. Cela leur donne de grandes chances de trouver un emploi après le lycée.

Programme Pastoral Assumpta

De par sa nature, l'ATHS est une école des pauvres et pour les pauvres, et pourtant, elle se lie à la communauté plus large en tendant la main à ceux qu'elle considère comme les plus pauvres et les plus marginalisés. Le programme pastoral de l'ATHS vise à exposer nos élèves aux réalités actuelles de leur environnement immédiat et à former en eux des personnes sachant faire preuve de compassion et de responsabilité sociale. Par ce processus, ATHS est également en mesure d'aider de nombreux secteurs dans leurs besoins. Grâce à son programme Share a Care, les pauvres, les démunis et les marginalisés comme les personnes âgées, les enfants abandonnés, les handicapés, les prisonniers, les toxicomanes et les peuples autochtones font l'expérience de l'amour et de l'attention de la communauté scolaire à travers les visites des enseignants et élèves. Ceux-ci cherchent à établir des relations avec eux et, si possible, à répondre également à certains de leurs besoins matériels. Grâce à eux, ils ressentent l’intérêt de l’école pour eux, des amitiés simples se développent et ils se sentent connectés à d’autres secteurs de la société. À l’école, les élèves sont aidés à relire leurs expériences et à réfléchir aux apprentissages mutuels et aux réponses possibles à long terme, en particulier lorsqu’ils choisissent leur future carrière.

Chez ATHS, « Community CARES » est un mode de vie que nous défendons et vivons. Un « Kumustahan » régulier (comment vas-tu ?) est organisé une fois par trimestre pour les élèves, le personnel, les parents et les anciens élèves afin de savoir comment ils se portent dans différents aspects de la vie. Il s’agit d’identifier et de reconnaître les joies et les préoccupations de chacun et de se fournir mutuellement une certaine forme de soutien émotionnel. Une « promenade avec un ami du groupe » et « un café avec une sœur » offrent de nouvelles possibilités de créer des liens plus personnels et d'établir une qualité de relation entre laïcs et religieux qui va au-delà du simple travail. Cette rencontre en profondeur permet une écoute qui conduit souvent à un apaisement et à un regain d’espoir chez les membres du personnel. Tout le monde prie pour les membres en difficulté. Nous rendons visite aux membres malades et réconfortons ceux qui ont perdu des êtres chers. Les salariés en difficulté reçoivent une aide financière qui est un acte de bonté gratuit lors d’une collecte où on fait tourner un chapeau ; c’est un autre geste d'amour mutuel. La solidarité n’est pas seulement un concept mais un mode de vie que vit l’ATHS.

L'ATHS, en collaboration avec les 9 écoles catholiques de l'archidiocèse de San Fernando, en coordination avec le Centre d'action sociale de Pampanga (SACOP), assume l'éducation et la formation des peuples indigènes – les Aetas – à Camias et Villa Maria, Porac Pampanga. Chaque année, les élèves de 10e année de l'ATHS ont un temps d’interaction et une opération de secours avec les Aetas. Dernièrement, pour un impact plus durable, les lycéens ont mis en place un programme de bourses pour deux jeunes parmi les Aetas qu'ils s'engagent à soutenir jusqu'à la fin de leurs études de 4 ans pour les préparer à un meilleur emploi.

L'ATHS propose également différents programmes permettant à chacun de partager ses dons et ses bénédictions avec d'autres personnes dans le besoin, tels que l'assistance pédagogique aux écoles publiques adoptées, l'enseignement catéchétique pour les élèves des écoles publiques voisines, la formation professionnelle (technique, culinaire) de ceux qui en ont besoin et sont intéressés à travers le programme « Partager un travail ». On propose aussi de l’aide pour pour nettoyer les paroisses, et on mène des opérations de secours saisonnières pour aider les personnes touchées par différentes calamités naturelles ou d’origine humaine.

Recherche d'investigation sociale :

L'ATHS cherche à connaître et comprendre les conditions de vie de San Simon, Minalin, Apalit (les 3 villes d'où sont originaires la plupart de nos élèves) aux niveaux économiques, politiques, culturels, sociaux, ecclésiaux et environnementaux en menant une enquête sociale intégrée. Les participants planifient et assument l'ensemble du processus du début à la fin. Ils se concentrent sur une commune pour chaque saison de recherche, permettant ainsi de visiter chaque ville une fois tous les trois ans. Le résultat de la recherche devient une bonne source d'information pour de nombreux plans d'action du gouvernement local, des paroisses et d'autres institutions du lieu. Ils apprécient de recevoir des données actualisées sur leurs électeurs provenant des recherches d'investigation sociale de l'ATHS.

L'ATHS assume pleinement la responsabilité de sensibiliser toutes les parties prenantes aux enjeux actuels de JPICS. Avant les élections nationales et locales, une série de débats a été organisée pour sensibiliser la population, autonomiser les électeurs, et donner les moyens de faire des choix responsables en votant pour les bons dirigeants. En ce qui concerne les élèves dont les parents sont des travailleurs migrants, il existe des programmes et des activités qui les accompagnent dans la relecture de leurs expériences. La séance de formation sur « Prendre soin de la Terre Mère » est importance pour tous. Il y a aussi une méditation transcendantale quotidienne pour la paix le matin et l'après-midi pour les professeurs et les membres du personnel qui le désirent. Espérons que dans les années à venir, il sera également mis à la disposition de nos élèves. Dans cette même ligne, les espaces et temps de prière et de paix sont respectés sur le campus comme la chapelle, l'oratoire, le coin de prière où l’on dépose des cierges, ainsi que le sanctuaire de la paix de Saint François d'Assise dans le jardin.  

Le souci de la Terre Mère est intégré dans toutes les leçons et activités de l’école pour faire de l’ATHS une école Laudato Si. Cette année scolaire, inspirée du thème de la Saison de la Création 2022, « À l'écoute de la voix de la Création, Assumpta revient à l'essentiel » est le thème du mois de l'écologie en novembre, qui donne une ligne directrice pour toute l'année aux les activités permanentes autour des questions écologiques. En tant que communauté scolaire, consciente de l'importance de prendre soin de notre maison commune, nous avons écouté et répondu à l'appel de la création en mettant en pratique le « Programme respectueux de l'environnement en 10 points », en mettant en œuvre le système de gestion des déchets, le compostage, la conservation de l'énergie, le maintien de la propreté et de l'ordre et l'embellissement des zones stratégiques du terrain de l'école, où des briques écologiques faites maison sont utilisées. L'ATHS dispose également d'un jardin hydroponique pour montrer aux élèves une manière alternative de cultiver des légumes biologiques.

L'un des objectifs du mois de l'écologie était de comprendre en profondeur le sort de l'environnement à travers le film « La Lettre » et d'autres ressources. Le film « La Lettre » et d'autres courts clips vidéo ont été projetés à des endroits stratégiques pour les professeurs et les élèves afin de les sensibiliser au sort de la Terre Mère. Le film a été repris dans la section Sciences ainsi que dans les autres matières pour une intégration thématique. Les autres élèves qui n'avaient pas pu voir le film à la bibliothèque l’ont regardé seuls pendant le Mois de l'écologie. Le lien vers le film a été publié dans Aralinks avec un court quiz pour s'assurer qu'ils regardent le film, évaluer leur compréhension et les mettre au défi de prendre des mesures plus concrètes pour l'environnement. Vers la fin du Mois de l'écologie, les professeurs de sciences ont traité le film avec les élèves en leur posant des questions pertinentes sur le film, le sort de l'environnement, les défis et les espoirs qu'ils ont pour notre environnement. Les enseignants non scientifiques ont également intégré Laudato Si et le film dans leurs cours respectifs. 

Ces dernières années, l'ATHS et les habitants de la ville ont été confrontés à une très grave pollution de l'air causée par 5 fonderies situées dans des zones agricoles et résidentielles. La pollution a atteint l'alarme rouge. Selon une étude, 30 % des résidents souffrent de problèmes bronchiques. La responsable de l'Apostolat des Religieuses de l'Assomption – Sœur Josefina Maria Magat,ra et la directrice de l'école – Mme Arlene Carlos, ont rencontré le maire de la ville de San Simon à propos de cette question, mais la réponse du responsable de la ville n’était pas du tout encourageante comme on s’y attendait. La question a été soulevée au niveau de la réunion du conseil d'administration du MRMF, ce qui a conduit à certaines actions planifiées pour présenter le problème aux plus hautes instances gouvernementales au niveau national. L’alarme est connue de tous les professeurs et du personnel qui ont exprimé leur préoccupation et leur inquiétude communes ! Quelle est la prochaine étape que l’ATHS franchira courageusement pour défendre notre environnement, notre maison commune ? Nous espérons le voir dans le prochain chapitre de la vie d’ATHS qui continue de donner la vie, de protéger la vie et de nourrir la vie, en particulier dans le cadre des questions JPICS !

Références :

1, ATHS-Programme-Pastoral-2022-2023

2, ATHS - PROGRAMME D'ÉCOLOGIE

3, ATHS - Mois de l'écologie-2022

4, Lettre de Sr. Josefina Maria Magat, responsable apostolique de l'ATHS à M. Lito Tayat, président du Conseil d'administration du MRMF sur la question de la pollution à San Simon.

 

 

 

 

 See the photos