local_offer Les Religieuses

Province d'Afrique de l'Ouest: La lecture spirituelle, un pilier de la vie contemplative à l’Assomption !

P eventlundi 15 août 2022

Je viens de lire « au gré de sa grâce » un propos sur la prière d’André Louf. Voilà un ouvrage que j’ai beaucoup aimé. En le lisant j’ai été profondément touché et je me suis sentie rejointe au plus intime par sa profondeur. L’expérience d’intériorité d’André Louf est très frappante. En effet, André Louf nous dit qu’il y a en nous des immensités, des continents et dans ces continents il est facile de se perdre. Mais quand on lit ce livre, on trouve en nous

«  L’homme intérieur », la source profonde de notre être qui pour André Louf, est le lieu de Dieu, le royaume de Dieu en nous. Ce livre est très simple malgré le sérieux des thèmes abordés par l’auteur, un homme cultivé et un homme intérieur. Avec lui, je redécouvre en quoi consiste la lecture spirituelle et quels sont ses objectifs. Je comprends pourquoi Sainte Marie Eugénie tenait si fort à cette pratique et en inclus dans les « non négociables » ? En effet, j’ai fait l’expérience que la lecture spirituelle est l’un des piliers de la vie contemplative car elle joue un rôle important dans notre croissance spirituelle, qui n’est autre que la croissance dans la foi, l’espérance et la charité. Je me rends compte que notre Dieu est à la fois le Tout-proche et l’Inconnaissable. Par conséquent, si nous ne nourrissons pas suffisamment notre connaissance de lui, notre amour se refroidit, devient fade et il ne pourra ni croître ni se fortifier.  Aujourd’hui, avec André Louf, j’atteste que sans lecture spirituelle régulière, nous avancerons difficilement sur le chemin qui mène à Dieu. Lorsque nous négligeons cet exercice spirituel, cela se sent immédiatement : «  il devient plus difficile de vivre en Présence de Dieu et la prière se remplit de distractions. » Mesurons-nous toujours l’importance de cette pratique pour notre vie spirituelle ? à chacun de répondre à cette question. Je sais pertinemment que les contraintes de la vie quotidienne font qu’elle risque d’être enfermée, noyée au milieu de tant d’éléments, d’activités et d’occupations qui semblent opportuns ou urgents pour le moment.

Quel magnifique témoignage ! J’ai vraiment été bouleversée et saisi par la manière dont cet homme parle de la conversion, de la grâce de Dieu et surtout de l’intériorité. J’invite donc tout le monde à lire : « Au gré de sa grâce » d’André Louf, il est d’une immense profondeur.   

Sœur MONEMOU Yvette R.A