Sainte Marie Eugénie | Sa vie

Née à Metz (France), Anne Eugénie Milleret reçoit de sa mère le goût du courage, de la liberté, et du service. Les activités de son père, député et banquier, l’ouvrent aux questions sociales et politiques. Sa famille n’est pas pratiquante mais sa première communion, le jour de Noël 1829, la marque profondément :  elle est saisie par l’immensité de Dieu qui « lui laisse un lien d’amour ».

Adolescente, elle subit la ruine de son père, la séparation de ses parents et la mort de sa mère dans une épidémie de choléra. Dépouillée de tout soutien, elle se demande quel est le sens de sa vie, quel projet peut combler son grand désir de bonheur. La vie superficielle et mondaine de son milieu ne lui suffit pas, ni une vie chrétienne trop pieuse, qui ne traduit pas les convictions en actes.

En 1836, elle suit les conférences de carême du Père Lacordaire, Dominicain. Bouleversée par ses paroles, elle lui écrira:

 «Votre parole répondait à toutes mes pensées…, elle achevait mon intelligence des choses…, elle me donnait une générosité nouvelle, une foi que rien ne devait plus faire vaciller…, j’étais réellement convertie. »

Sa route croise alors celle du Père Combalot, qui lui parle de l’idée de fonder une Congrégation au service de l’éducation des jeunes filles en vue d’une transformation sociale éclairée par les valeurs de l’Evangile. Le projet naîtra le 30 avril 1839.

La jeune femme, désormais Soeur Marie Eugénie, devient une fondatrice infatigable. Sa confiance en Dieu, sa grande liberté dans les relations et son talent de visionnaire, toujours centrés sur le Christ, lui donneront de traverser avec audace et humilité les joies et les combats des 59 années de sa vie religieuse.

Des amitiés solides, avec sœur Thérèse Emmanuel, co-fondatrice de la Congrégation, avec le Père d’Alzon qui fonde en 1845 les Augustins de l’Assomption, et avec bien d’autres, élargissent son regard.

Vers la fin de sa vie, dans un grand dépouillement physique, Marie Eugénie aimait à dire : « Maintenant, je n’ai plus qu’à être bonne. » A sa mort, en 1898, la Congrégation s’est déjà déployée.

Elle est reconnue sainte par l’Eglise, elle a été béatifiée en 1975 et canonisée en 2007.

Actualités connexes

Fête de Sainte Marie-Eugénie de Jésus 2020 - Message de Sœur Rekha Chennattu.

Message de Sœur Rekha Chennattu. Supérieure Générale des Religieuses de...

Sainte Marie Eugénie