local_offer Jeunes local_offer #Assumpta

Renouveler notre engagement dans la pastorale des vocations

R eventmardi 5 juillet 2022

Intervention du Père Vincent Breynaert, directeur du service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations de la conférence des évêques de France. Echanges lors d’une rencontre avec des sœurs de France sur la pastorale des vocations. Il est membre de la communauté du chemin neuf.

Aujourd’hui, La pastorale des vocations est appelée à être aussi transversale que possible. Elle n’est pas l’affaire d’une commission ou de la responsabilité exclusive d’une sœur dans la communauté. Elle doit être portée par chacune des sœurs de la congrégation et par chaque communauté. Dans les projets communautaires, quelle place tient la pastorale des vocations, quelle disponibilité chaque sœur y accorde-t-elle ?

Comment mener une pastorale des vocations ? Il n’y a pas de réponse unique ou magique.

  • Une conversion pastorale: le pape François invite les religieux à une conversion pastorale, à un changement de style de vie. Personnellement et en communauté, nous devons nous poser la question : qu’est-ce qui fait qu’une jeune peut entendre l’appel du Christ au cœur de ma vie et de notre vie communautaire ? La vie consacrée est un don de Dieu que l’on reçoit, quelque chose que l’on accueille et cela doit nous dégager de toute peur de proposer la vie consacrée.
  • La culture des jeunes aujourd’hui intègre difficilement le célibat de la vie consacrée. Nous sommes dans un monde où le célibat pour le Royaume est très loin de la préoccupation des jeunes. C’est pour nous un défi de montrer la vie religieuse dans sa beauté et sa radicalité. Dans certains lieux, les jeunes ont grandi loin de toutes communautés religieuses féminines. Ils n’ont pas de modèles concrets. Il est important, dans ce contexte, d’avoir une présentation très narrative (un récit à la première personne, un témoignage, « story telling »), d’inventer une pastorale vocationnelle plus explicite, une culture de l’appel.
  • La pastorale des vocations doit avoir un humus, un terrain commun avec la pastorale des jeunes en générale. La pastorale des vocations nait souvent au sein d’activités proposées par la pastorale des jeunes et elle s’y développe. Il faut rendre notre pastorale des jeunes attrayante, radicale, qui donne envie aux jeunes. C’est au cours d’une activité par exemple dans les périphéries qu’une jeune est amenée à rencontrer une sœur engagée avec radicalité et de manière contemplative.

SEPT TRAITS DE LA PASTORALE VOCATIONNELLE :

1 - Une pastorale des vocations aujourd’hui est forcément très personnelle, différenciée. Le pape François dans Christus Vivit insiste sur la nécessité de différencier les propositions car les jeunes viennent d’horizons très divers : de famille catholique ou non, pratiquant ou non, d’une famille unie ou divisée etc. Il nous fait prendre du temps avec les jeunes. Est-ce que dans nos communautés chaque sœur accompagne un jeune ou connait personnellement un jeune et lui offre une oreille attentive, son amitié ?... Avez-vous chacune un lien personnel avec des jeunes femmes ? Ce n’est pas une question d’âge, cela est donné à toutes !

2 - Que notre pastorale des vocations soit narrative, incarnée : le Pape parle de « contamination », la contamination de notre expérience spirituelle ou de celle de notre fondatrice, Marie Eugénie, une expérience qui donne envie. Les jeunes ont besoin de connaitre, d’entendre nos histoires. On imagine trop souvent que les sœurs sont toutes les mêmes. Donner à voir qui nous sommes, inviter les sœurs à parler d’elles-mêmes, de leur histoire spirituelle, de leur humanité, des méandres de leur parcours. Cela signifie apprendre à donner son témoignage pour partager les joies et aussi les obstacles que nous avons eus à traverser. Les jeunes ont besoin de figures de référence. Beaucoup de leurs questions relèvent de la dimension affective. Susciter la confiance, parler de soi, se livrer même. L’image de la vie religieuse est parfois malmenée, fausse aussi. Il faut des lieux de rencontre.

3 - Une pastorale vocationnelle ecclésiale et synodale. Il s'agit de donner aux jeunes la possibilité de prendre des initiatives, qu’ils deviennent acteurs et non spectateurs, qu’ils déploient leurs talents. Les jeunes découvrent qu’on peut s’épanouir dans la vie consacrée, on renonce à tout pour le Christ mais on déploie par là toute son humanité.

4 - Offrir un accompagnement : le jeune a besoin d’être éclairé son sur son chemin, il a besoin d’être écouté. Toutes nous pouvons offrir une oreille, une présence amicale, engager des conversations spirituelles, formelles et informelles, autour d’un café ou d’une activité. Or, nous passons parfois plus de temps dans le travail administratif ou à organiser des choses que de vraiment offrir notre temps. La gratuité … Les jeunes se plaignent d’un manque d’écoute de la part des adultes… Ouvrir nos communautés, partager notre vie de prière, nos repas. Le jeune va être très sensible à la joie, à la liberté, à l’internationalité et l’interculturalité, à notre capacité de célébrer ensemble, de prier, de faire silence, de s’engager, de se demander pardon …

5 - Être persévérant et patient avec les jeunes. Accepter que les jeunes passent par tel moment de guérison intérieure qui demande plus de disponibilité et d'écoute. Souvent les jeunes sont un peu cabossés, ils ont eu des histoires familiales ou affectives compliquées ou ont connu des échecs scolaires ou professionnels. Proposer des lieux d’écoute et d’accueil de ces fragilités.

6 - La jeunesse d’esprit : cela ne dépend pas de l’âge. Le Pape François insiste beaucoup sur ce point. Il est bon que les jeunes et les vieux rêvent ensemble. Les sœurs aînées peuvent avoir une capacité de contamination très forte, elles peuvent aussi offrir une écoute sans juger. Cultiver la capacité de laisser de la place aux jeunes, de leur transmettre la joie, celle s’exprime autour d’un repas, d’un éclat de rire, de la capacité à célébrer, à faire la fête.

7- Avoir de l’audace aussi dans l’évangélisation.  La nouvelle génération ose davantage témoigner explicitement de leur foi.

Pour terminer cette présentation, je rajouterai deux convictions :

Prier en communauté, demander les vocations, ensemble dire au Seigneur : « Regarde ton troupeau, envoie-nous des vocations, appelle ceux que tu désires, toi qui as voulu cette congrégation. Permets qu’elle continue », prier de façon apaisée, prier ensemble.

Le charisme de l’appel, c’est la capacité à relayer l’appel de Dieu aux bons moments, en laissant le jeune très libre, lui laissant l’espace et le recul. Ce charisme de l’appel, nous avons à l’exercer à la fois individuellement et ensemble. Parfois nous manquons d’audace dans l’Eglise. Chacune peut exercer ce charisme d’appel et il faut le demander au Seigneur.

 

Hna. Eugénie SENTUCQ

AMA Province de France