local_offer L’éducation

Réponse de certaines de nos communautés éducatives à la crise de Covid

R eventmercredi 14 avril 2021

DÉFI: COMMENT VIVRE LA PASTORALE PENDANT LE CONFINEMENT !

Avec le confinement les équipes pédagogiques ont travaillé pour faire des cours en ligne ainsi qu’un suivi pédagogique avec classroom et d’autres outils proposés par les professeurs.

En tant qu’APS la question pour moi était d’être dans la proposition pastorale sans surcharger les élèves et les familles déjà très occupés par le travail à distance des matières principales! Je cherchais donc un moyen de pouvoir proposer sans contraindre et surtout essayer de rejoindre chacun là où il en était dans cette période troublée.

Grâce aux partages avec d’autres APS du réseau de l’Assomption j’ai découvert l’outil Padlet qui offrait parfaitement cette modularité. Je me suis donc lancée dans la construction d’un padlet en commençant avec la Semaine Sainte, proposant un partage de textes, des vidéos, des coloriages...afin de fournir plusieurs “portes d’entrée” . Les élèves et leurs familles ont été informés par mail ainsi que par l’outil de correspondance entre l’établisssement et les familles. https://padlet.com/pastorale13/Bookmarks

Ensuite j’ai continué d’essayer d’élargir toujours plus avec des propositions variées. J’ai regroupé celles-ci ainsi que d’autres ressources pastorales afin que chacun puisse y trouver son compte ( films, articles de journaux, live vidéo, prières,….).

Après de bons retours de la part des équipes pédagogiques comme des élèves et forte de cette expérience, pour cette nouvelle année scolaire, je me suis lancée dans la création d’autres padlets notamment un sur l’intériorité (qui sera partagé avec l’équipe pastorale de l’établissement dans un premier temps), un pour la Confirmation (partagé avec les futurs confirmants) et un autre pour la Profession de Foi.

Anne Catherine Miot

Adjointe en Pastorale Scolaire (ASSOMPTION ORLÉANS– FRANCE)

 

LE COVID NOUS INVITE À VIVRE EN SOLIDARITÉ

«Chaque jour Dieu nous … fait faire quelques pas…» (ME, Notes Intimes n°154/06)

Et cette étape pour l’école Assomption Vallecas s’est appelée SOLIDARITÉ.

Notre école est située dans un des quartiers les plus contaminés par la pandémie et où vivent de nombreuses familles vulnérables. La réponse solidaire de la part de la Communauté éducative a permis de montrer que la vie est plus forte que la mort, et que les difficultés ont pu être surmontées grâce à l’union et au dévouement de tous.

Notre établissement scolaire manquait de place pour pouvoir respecter les règles de distanciation demandées. Ceci a été surmonté grâce à la générosité de quelques amis qui nous ont laissé gratuitement les espaces d’une entreprise familiale qui avait cessé de fonctionner et était fermée. Grâce à un partage généreux de la part de parents, d’amis et d’enseignants nous avons pu avoir des ordinateurs pour les élèves de sorte qu’aucun d’eux ne manque de la possibilité de travailler à distance et d’avoir la communication nécessaire à ses études.

La générosité de l’équipe de direction et le soutien de tous les enseignants ont facilité les changements d’horaires, d’installations et de méthodologies. En parvenant ainsi à transformer ce qui semblait impossible, cela a permis de faire en sorte que la présence du Covid développe plus fortement la solidarité dans le cœur de chacun.

Les besoins fondamentaux en nourriture, logement, électricité, eau... des familles les plus vulnérables ont été pris en charge par le « fond Covid » créé par les enseignants sur une base volontaire et anonyme. Les uniformes, le survêtement et les livres ont été obtenus grâce à un réseau d’échanges familiaux.

La pandémie du Covid-19 a rendu présent notre esprit de famille, dans une atmosphère de simplicité et d’amitié qui est en soi formatrice. C’est notre façon de faire advenir le Royaume de Dieu (cf. rencontre internationale de Manille de 2018)

DE L’ÉCOLE ASUNCION-VALLECAS- ESPAGNE

LA CRISE SANITAIRE A ETE L’OCCASION D’ALIMENTER NOTRE PASSION ET NOTRE CREATIVITE.

En pleine période d’incertitude, de crise économique et sanitaire, nous avons commencé cette année scolaire en mode virtuel. Incontestablement, il n’a pas été facile de poursuivre ce mode de travail scolaire, le seul autorisé depuis le mois de mars jusqu’à ce jour.

L’un des principaux défis a été d’apprendre à être proche malgré la distance. Afin de créer des liens et d’être présent pour les enfants, l’idée de visiter chaque famille, avec toutes les mesures de sécurité, est née. Nous leur amenons, à la maison, le matériel scolaire emballé, comme un cadeau de l’institution, par l’intermédiaire de leur professeur.

Ce fut une expérience merveilleuse, les familles ont été surprises de nous voir. Le temps écoulé depuis le début du confinement, nous a fait prendre conscience combien l’absence mutuelle nous avait marquée, alors être proche pendant quelques instants était mémorable, nous avions des larmes de joie, des sourires imparables et l’allégresse de pouvoir ainsi nous revoir.

Cette rencontre a été inestimable et elle fait renaître en nous l’espoir que ces temps ne sont que temporaires et que bientôt nous pourrons à nouveau nous embrasser et revenir en classe.

« Aucun de nos efforts ne doit être le dernier, et le zèle pas plus que l’amour divin dont il descend ne dit jamais: c’est assez. » (ME, Conseils sur l’éducation, n°1511, 1842).

Bernie Espin

Coordination pédagogique préscolaire

QUERETARO, MEXIQUE

EXPERIENCE DE LA REGION D’AFRIQUE CENTRALE

Nous pouvons relever quelques défis apportés par la pandémie:

En tout premier lieu, la poursuite de l’encadrement des apprenants de façon efficace grâce à l’utilisation des NTIC pour dispenser des cours en ligne, et à la création du forum des élèves sur WhatsApp. Un autre défi a été de maintenir le paiement des salaires du personnel afin de garantir leur équilibre social et la possibilit+é pour eux de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille.

Cependant nous pouvons noter aussi quelques grâces apportées par la pandémie :

Ce que nous retenons c’est une grande solidarité de tous les partenaires éducatifs (parents, directeurs, service administratif, professeurs, élèves, éducateurs) afin de favoriser l’encadrement des enfants. La pandémie nous a permis de prendre conscience davantage de la fragilité de tout un chacun ainsi que la nécessité de la mobilisation de chacun pour la sécurité sanitaire de tous par le respect des mesures-barrière contre la Covid-19. Tout au long de ces mois, nous avons pu constater le renforcement des liens entre les membres de l’équipe éducative. Enfin et peut-être le plus important c’est l’affermissement de la foi : une grande partie de la population a remis sa confiance en Dieu qui, Seul, est à même de nous protéger et qui nous protège efficacement. Il est aussi à noter une intensification des prières en famille ainsi que sur les réseaux sociaux.

LYCEE MPIKO A KINSHASA (RDC)

COLLEGE POLYVALENT ASSOMPTION A BAFOUSSAM (CAMEROUN)

 

Salutations affectueuses de l’Inde !

La pandémie de Covid-19 nous a rapprochés de Dieu, les uns des autres et de la nature. Bien que cela ait été et reste une expérience frustrante, nous y avons fait face de manière créative. Les 17 et 18 mars 2020, les écoles ont été fermées dans toute l’Inde sur ordre du gouvernement, à la suite de la propagation du Coronavirus. Ainsi, l’année scolaire 2019-20 s’est terminée brutalement. Les cours en ligne pour les élèves ont commencé pendant la première phase de fermeture dans toute l’Inde. Ceux-ci ont été couronnés de succès au Kerala, mais dans d’autres États, il était trop difficile d’atteindre les étudiants qui venaient des villages de l’intérieur.

Nous vous partageons deux expériences : la première dans une de nos trois écoles (celle de Thelpara), et la seconde où nos soeurs enseignent dans l’une des écoles diocésaines (celle de Piriapouch)

École publique Assumption à Thelpara, Antonykkad

Pendant les vacances, des cours audio en ligne ont été donnés aux élèves du Primaire. En juin, nous avons commencé les classe du collège. En plus des cours en ligne, nous avons organisé différents concours à différentes occasions : concours de discours, chant patriotique, concours de quiz, journée de lecture : 19 juin, jour de l’indépendance : 15 août, célébration de l’Onam: 28 août, journée des enseignants le 5 septembre, etc... Nous sommes heureux de la participation active des élèves, en particulier des élèves des classes du Primaire .

Piriaponch est une école diocésaine.

Au cours du mois de juin, nous avons commencé des cours en plein air dans les villages en raison du manque de connexion au réseau internet. Mais comme les travailleurs migrants ont commencé à revenir dans leurs villages depuis les zones rouges, nous avons dû arrêter les cours en plein air dans les villages. Chaque mois, nous allons de village en village avec des paquets de riz et de l’argent à distribuer aux enfants, bien que nous ne leur donnions pas de repas de midi à l’école. Malgré le fait que l’école soit fermée, le bureau reste ouvert tous les jours. N’ayant toujours pas de signe de ré-ouverture des écoles, nous avons de nouveau recommencé des cours en plein air dans les villages.

Sr Susan Varghese

INDE

UNE VISION PLEINE D’ESPOIR

La période de quarantaine, au moment de la pandémie due au nouveau Coronavirus, nous a fait, en tant que Collège de l’Assomption, revenir sur les conseils de notre fondatrice, Sainte Marie Eugénie de Jésus: «Gardons toujours … l’esprit qui régnait parmi nous dans nos commencements. C’était une certaine bonhomie, simplicité et bienveillance.» (ME, Instr. du 8 août 1884)

C’est ainsi que nous, la famille Assomption, avons cherché à servir nos élèves, qui d’une heure à l’autre se sont retrouvés privés de l’environnement scolaire ; la cordialité et la tendresse déjà si présentes dans notre vie quotidienne sont devenues partie intégrante de la relation en ligne qui s’est établie avec les familles de notre école. Les sœurs, la direction, la coordination et les enseignants, ont d’abord cherché à être le regard aimant de Dieu, personnalisé pour chaque besoin qui s’est présenté pendant cette période difficile. Les classes sont devenues bien plus qu’un moment de transmission de contenus, elles sont devenues le lieu d’accueil, de dialogue et de pratique de l’amour.

Nos élèves ont pu repenser leur projet de vie, en y apportant de nouvelles valeurs, de sorte que nous avons pu constater que leur vision a changé ; désormais la famille, l’autre et sa propre foi sont présentes de manière beaucoup plus forte dans la réflexion de chacun.

Dans toutes nos activités, nous avons essayé de renforcer les liens familiaux et la prière en famille, c’était comme ça dans tous les moments et activités proposées par nos professeurs.

Mais, bien sûr, le point culminant de cette période dans notre Collège a été le “Quintal do Assunção” ; une matinée où nous avons partagé toutes les expériences et les activités réalisées dans ce moment unique de confinement et d’isolement social.

PROFESSEURS CRISTINA AUGUSTA ET RICARDO SEBOLD Équipe d’éducation religieuse

Colegio Assunção, São Paulo - Bresil