local_offer JPICS

22 avril - Journée internationale de la Terre nourricière

eventlundi 15 août 2022

Voir le site des Nations Unies: https://www.un.org/fr/observances/earth-day

« Le Seigneur, qui le premier prend soin de nous, nous enseigne à prendre soin de nos frères et sœurs et de l’environnement qu’il nous offre chaque jour. C’est la première écologie dont nous avons besoin…

Il n’y aura pas d’écologie saine et durable, capable de transformer les choses, si les personnes ne changent pas, si on ne les encourage pas à choisir un autre style de vie, moins avide, plus serein, plus respectueux, moins anxieux, plus fraternel. » (Exhortation Apostolique Chère Amazonie Pape François)

TOUT EST LIE   (Laudato SI 117)

Le maître zen vietnamien Thich Nhat Hanh a inventé le mot inter-être, pour indiquer le lien étroit qui lie tout (y compris nous) à tout ce qui existe ... Des mots qui nous invitent à prendre soin de nous, des autres, du monde qui nous entoure à partir de la tendresse et de l'émerveillement qui naissent de la prise de conscience de cette connexion intime. "Aux yeux d'un poète, il n'échappe certainement pas qu'il y ait un nuage sur cette feuille de papier. Sans le nuage, il n'y a pas de pluie; sans pluie, les arbres ne poussent pas; et sans arbres, vous ne pouvez pas faire le papier. Le nuage est indispensable à l'existence du papier. S'il n'y avait pas de nuage, il n'y aurait même pas de feuille de papier. On peut donc dire que le nuage et le papier sont inter-existent. Le verbe "inter-être" n'est pas toujours rapporté par le dictionnaire, mais en combinant le préfixe 'inter' et le verbe 'être' nous obtenons un nouveau mot: inter-être. Si nous poussons notre regard plus profondément, nous verrons également la lumière du soleil sur la feuille de papier. Sans soleil, les forêts ne poussent pas. En réalité, rien ne pousse sans soleil. C'est pourquoi le soleil brille sur cette feuille de papier. Le papier et le soleil se croisent. Nous continuons à regarder: voici le bûcheron qui a abattu l'arbre et l'a amené à la papeterie où il le transforme en papier. Et il y a aussi le blé. Nous savons que le bûcheron doit son existence à son pain quotidien, donc dans cette feuille de papier il y a aussi le grain avec lequel le bois du bûcheron est fait. Et il y a aussi le père et la mère du bûcheron. Cette façon de voir nous fait comprendre que sans toutes ces choses, la feuille de papier n'existerait pas. Si nous allons encore plus loin, nous verrons que nous sommes également dans la feuille. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi: la feuille de papier, quand on la regarde, est un élément de notre perception. Votre esprit y est, et le mien aussi. On peut donc dire que dans cette feuille de papier il y a tout. Rien ne manque : le temps, l'espace, la terre, la pluie, les minéraux, la lumière du soleil, les nuages, la rivière, la chaleur. Tout coexiste dans cette brochure. C'est pourquoi «inter être» devrait apparaître dans les dictionnaires. « Être» est inter-être. Nous ne pouvons pas être seuls par nous-mêmes. Nous devons « inter-être» avec tout le reste. Cette feuille de papier est parce que c'est tout le reste.Imaginons un instant de ramener l'un des ingrédients à la source. Imaginons que le soleil retourne au soleil. Croyez-vous que la feuille de papier existerait encore ? Non, rien ne peut exister sans la lumière du soleil. Et si nous rendions le bûcheron à sa mère, même alors il n'y aurait pas de feuille de papier. En fait, cette feuille de papier est entièrement constituée de « non-papier». Si nous renvoyions tous les éléments non-papier à la source, il n'y aurait plus de papier. Sans papier - c'est-à-dire esprit, bûcheron, soleil et ainsi de suite - pas de papier. Cette fine feuille contient tout l'univers ". Marcella Costagliola (Communauté Laudato Si CASTELLI ROMANI)

Comunità Laudato Si' Castelli Romani - Rivista online della Comunità Laudato Si' Castelli Romani