local_offer Solidarité

25 ans au service de la Solidarité (2ème partie)

2 eventvendredi 18 juin 2021

Après une première présentation dans le n° 2 de « # Assumpta » de l’origine, l’aspect juridique et la mission d’Assomption Solidarité et du Bureau Général de la Solidarité pour le Développement (BGSD), voici une brève présentation de la diversité et de la spécificité des projets financés. Depuis 25 ans, un millier de projets ont pu être réalisés grâce à l’aide reçue directement d’Assomption Solidarité ou, par l’intermédiaire du BGSD, d’autres associations et amis bienfaiteurs. Ces projets, à but éducatif au sens large, sont variés et concernent soit des œuvres de l’Assomption, soit celles d’associations locales et de diocèses connus et en lien avec elle. Modestes « coups de pouce », ils apportent une amélioration des conditions de vie et d’apprentissage touchées par l’insuffisance de moyens financiers, ils soutiennent le développement des ressources collectives, le démarrage de nouvelles activités souvent créatrices d’emplois et l’organisation de formations spécifiques. L’implication des personnes est très importante : chaque projet se réalise grâce à un « faire avec » et non à un « faire pour ».

Des projets d’équipement

Au cours des dix premières années, Assomption Solidarité a pris en charge la construction de plusieurs écoles, centres sociaux et salles paroissiales. Depuis 2006, elle finance plutôt la restauration et l’aménagement de locaux existants ou construits par d’autres organismes, ainsi que l’équipement en matériel pédagogique et didactique : livres, manuels scolaires, vidéoprojecteurs, ordinateurs …. L’informatique étant devenue incontournable, ce sont ces derniers qui sont aujourd’hui très demandés.L’accès à l’eau potable est un problème majeur dans beaucoup de pays, particulièrement en Afrique, aggravé par les changements climatiques qui allongent les saisons sèches et par un accroissement démographique rapide et concentré autour des grandes villes. De plus en plus de communautés et d’établissements scolaires demandent une aide financière pour creuser des puits et installer des châteaux d’eau et des citernes. Ces installations donnent accès à l’eau potable, non seulement aux sœurs, aux enseignants et aux élèves, mais aussi, dans la mesure du possible, aux habitants du voisinage.

Des projets concernent l’alimentation. Tous les ans, une aide importante est accordée à la création ou à l’amélioration de poulaillers, porcheries, clapiers, jardins potagers et cultures maraîchères. Ce sont surtout des écoles, des foyers de filles, des maisons de formation religieuse qui en font la demande afin d’améliorer l’alimentation quotidienne et la rendre plus équilibrée et moins coûteuse. Certains projets d’élevage et d’agriculture ont aussi un autre objectif: créer localement une activité lucrative, même modeste, pour contribuer à une autonomie financière.

Les formations et l’attention aux plus pauvres

Dès leur création, Assomption Solidarité et le BGSD ont favorisé le financement de formations humaines et chrétiennes très diversifiées : camps bibliques et forums des jeunes en Afrique, activités parascolaires dans plusieurs provinces, ateliers d’apprentissage et écoles de métiers, formations de catéchistes et pastorale des communautés chrétiennes de base, notamment en Amérique Centrale, à Cuba, au Mexique, aux Philippines, en Afrique de l’Ouest et au Rwanda. Les formations de femmes visant à acquérir une certaine autonomie financière, « l’empowerment », sont à compter parmi les projets les plus réussis. Qu’elles soient Adivasi de l’Inde ou Maya Q’echi du Petén (Guatemala), ces femmes en prenant conscience qu’elles ont un rôle important à jouer dans la société, apprennent à créer des activités lucratives pour subvenir aux besoins de leur famille et envoyer leurs enfants à l’école. Bon nombre de ces projets concernent des minorités marginalisées et des groupes sociaux démunis : « réfugiés-retournés » du camp de Gaoui au Tchad, tribus autochtones en Inde, pécheurs du delta du Mékong au Vietnam, paysans victimes de la répression au Salvador, enfants et adolescents pris au piège de la drogue en Argentine, Pygmées au Cameroun, Batwa au Rwanda, etc.

L’engagement écologique dans l’esprit de « Laudato si’ »

Favoriser l’’engagement écologique est devenu pour le BGSD un objectif prioritaire. En 2015, à sa demande, toutes les provinces ont été invitées à envoyer des projets centrés sur l’écologie. 16 projets « écologiques » ont pu être ainsi financés : jardins partagés à Awalwadi (Inde) et à Wostercer (USA), plantations d’arbres à Kibouo-Daloa (Cote d’Ivoire) et à Kizono (R. D. du Congo), campagne de sensibilisation contre une exploitation très polluante des mines à ciel ouvert à La Rioja (Argentine), création d’espaces verts à l’école de Vallecas (Espagne), installation de robinets et de toilettes à faible consommation d’eau à Carrasco (Mexique) et de citernes pour recueillir les eaux pluviales à Nyangue (Rwanda) et d’autres. Nous continuons à encourager ce type de projets qui contribuent à la sauvegarde de notre planète et de sa biodiversité.

2020, l’année jubilaire

Pour fêter les 25 ans d’existence du BGSD, nous avions rêvé de « souffler » sur 25 projets pour leur donner vie, soit plus de projets que d’habitude. Le site renouvelé de la Congrégation allait nous offrir la possibilité de faire connaitre notre proposition à un public plus large et susciter de nouveaux soutiens. Mais l’explosion de la pandémie de la Covid-19 dès la fin janvier nous a fait craindre l’effet contraire. En effet, d’une part la pandémie créait une situation d’urgence sanitaire qui polarisait la solidarité générale, d’autre part le confinement mis en place dès le carême 2020, écartait les activités scolaires et paroissiales qui permettent habituellement de collecter de l’argent. Nous n’avons plus osé solliciter des dons pour financer des projets qui pouvaient être considérés comme moins urgents. C’était compter sans la Providence qui sait si bien créer la surprise. Le 20 décembre dernier nous avons pu financer le 25e projet ! 11 projets ont été financés par Assomption Solidarité et 14 avec des dons privés. Emerveillement et action de grâce que nous vous invitons à partager avec nous pour cette solidarité au grand souffle qui sait aller au-delà de l’urgent, qui ignore les frontières et ne fait acception de personne.

SŒUR CLAIRE MYRIAM MILANESE

Bureau de Solidarité

Original française