local_offer Solidarité

25 ans au service de la Solidarité

2 eventmardi 24 novembre 2020

Des nouvelles structures pour promouvoir la Solidarité.

« Assomption Solidarité » et le Bureau Général de la Solidarité pour le Développement (BGSD) sont deux structures créées par le Chapitre Général de 1994. Les capitulantes avaient alors voté la création de deux Fonds : le Fonds de Solidarité de la Congrégation (FSC) et le Fonds de Solidarité pour le Développement (FSD) ainsi que les structures qui devaient les gérer. Le but, la constitution, la gestion, les lignes générales d’action et l’organisation de tout cet ensemble avaient été précisés avec soin et intégrés aux documents capitulaires envoyés à toute la Congrégation. A partir de 1994, la manière de vivre la solidarité à l’Assomption, au-delà de son aspect financier, devient pour les Chapitres Généraux l’objet d’une recherche et d’un approfondissement sans cesse repris et actualisés. Celui de 2000 donnera à la congrégation une orientation spécifique au titre évocateur des préoccupations du moment : Solidarité : vers une pratique chrétienne de la mondialisation. Par la suite la solidarité se trouvera intégrée tantôt dans l’orientation concernant la justice, paix et intégrité de la création (JPIC, devenu alors JIPC-S), tantôt dans celle concernant la dimension économique de notre vie. C’est dans ce contexte d’une réflexion toujours attentive à rendre bien présente et agissante dans notre vie religieuse la dimension de la solidarité, que Assomption Solidarité et le BGSD vivent leur mission et y apportent leur contribution spécifique.

La structure juridique d’Assomption Solidarité et du BGSD

Assomption Solidarité a la structure juridique d’une association française à but non lucratif, (type ONG). Son Conseil d’administration est composé de 8 membres : 3 sont des membres de droit : la supérieure générale (Sr Rekha), la conseillère générale déléguée (pour le Conseil actuel, Sr Marthe Marie), l’économe générale (Sr Cécile Franquin). Les autres membres sont Sr Clare Teresa, Sr Michèle Barrot, psa et 3 laïcs, Viviane Le Polain, belge, actuellement présidente de l’Association, Carlos Arense, espagnol et Bruno de Monplanet, français. Ce Conseil, chargé de gérer le FSD, se réunit deux fois l’an pour choisir les projets de développement auxquels il souhaite apporter une aide financière et pour décider du montant à attribuer à ceux qu’il a retenus. Les projets sont présentés par le BGSD, actuellement composé de 3 membres : la déléguée permanente nommée par le Conseil Général (Sr Claire Myriam) et deux laïques bénévoles, Isabelle de Monplanet et Alix de Chaumont. Le BGSD constitue la cheville ouvrière de cette Association, il est également responsable du lien avec les provinces de l’Assomption, en particulier avec les Bureaux Provinciaux de la Solidarité qui envoient les projets et avec les donateurs et les organisations qui apportent un soutien financier.

La mission confiée au BGSD

Le BGSD assure au niveau de la Congrégation le secrétariat permanent au service des objectifs du FSD. Sa mission consiste essentiellement à aider les requérants à constituer les dossiers de demande d’aide financière en utilisant les formulaires qu’il a élaboré à cette fin ; à vérifier que chaque projet ait l’aval écrit de la provinciale ; à étudier les projets et vérifier leur adéquation avec les critères établis lors de la création du FSD. Revus en 2008, les critères actuellement en vigueur demandent que tout projet de développement soit éducatif, au sens large, promoteur d’emplois si possible, qu’il vise à terme l’autosuffisance, qu’il respecte les règles de transparence comptable, qu’il apporte une contribution locale même très modeste, qu’il puisse présenter des résultats évaluables au moyen de rapports financiers et d’activité.

Une fois les projets étudiés, le BGSD les présente au Conseil d’Administration d’Assomption Solidarité pour obtenir leur financement. Il fait connaitre aux requérants les décisions prises et assure le suivi des projets qui ont obtenu une aide financière. Il fait ensuite connaître plus largement les projets financés et en propose d’autres d’un montant plus modeste et avec des critères plus souples. Ces projets appelés « petits projets » ne sont pas directement pris en charge par Assomption Solidarité, ils ont donc besoin de trouver des donateurs pour leur financement.

Pour conclure, une précision sur l’action d’Assomption Solidarité et du BGSD concernant les situations dramatiques liées à la pandémie du Covid-19 que nous vivons actuellement.

Ces deux structures de solidarité n’ont pas reçu mission de financer des projets qui ont un caractère d’urgence, c’est-à-dire qui viennent immédiatement en aide aux populations affectées par des catastrophes naturelles, par des épidémies ou par des conflits armés. Bien sûr, des projets de reconstruction pour promouvoir un avenir meilleur peuvent toujours être faits là où sévissent ces malheurs et nous être rapidement envoyés. Ils sont toujours accueillis avec une particulière attention. Mais pour vivre la solidarité avec les personnes touchées par des épreuves de grande ampleur, le Conseil Général utilise des procédures plus rapides en mettant en place des Fonds de solidarité spécifiques et ponctuels et invite provinces et amis à les alimenter généreusement. Pour la pandémie du Covid-19 un Fonds est déjà opérationnel.

Dans un prochain article nous donnerons des précisions sur le financement des projets et leur répartition géographique, et dans un autre sur le type de projets financés et les domaines d’activité qu’ils favorisent et soutiennent.

SŒUR CLAIRE MYRIAM

Responsable de BGSD