local_offer Spiritualité

"Il marchait avec eux"

" eventjeudi 24 septembre 2020

Original : anglais

Troisième dimanche de Pâques / 26 avril 2020

Actes 2:14, 22-33 ; Psaume 16:1-2, 5, 7-8, 9-10, 11 ; 1 Pierre 1:17-21 ; Luc 24:13-35 

"Il marchait avec eux" 

"Et il arriva que, pendant qu'ils conversaient et discutaient, Jésus lui-même s'approcha et marcha avec eux. . . .” 

Normalement, je serais attirée par la deuxième partie de cette phrase - "mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître" - car elle décrit à peu près un problème chronique pour moi et, je suppose, pour beaucoup d'entre nous. Il arrive si souvent que je - que nous - ne le reconnaissions pas. Cette partie de la phrase m'invite et nous invite à réfléchir à ce que je dois faire, à ce que nous devons faire pour changer notre façon de voir. Et pourtant, aujourd'hui, alors que je regarde au dehors notre rue vide et que je me rends compte que nous nous "distancions socialement" depuis plus d'un mois maintenant, et que cela va continuer, c'est la première partie de la phrase qui me parle vraiment. Les deux disciples marchent vers Emmaüs et Jésus s'approche et marche avec eux. Quelque chose de tout à fait insignifiant. De tout à fait ordinaire. Jusqu'à présent. 

Au cours de cette marche de dix km, les deux disciples se trouvent très affectés par ce compagnon amical et étrangement bien informé. Peut-être n'avaient-ils pas réalisé à quel point ils avaient envie, voire même besoin de discuter avec un autre, quelqu'un avec une perspective différente. Vraiment, à quel point ils avaient besoin de rencontrer quelqu'un d'autre. Lorsqu'ils arrivèrent à leur destination, il parut aller plus loin, mais eux, toujours en quête de compagnie et de la parole qu'il leur offrait ( la Parole qu'il était, je suppose), lui demandèrent : "Reste avec nous, car le soir approche et la journée est presque terminée." 

"Alors il entra pour rester avec eux."   Ils se sont assis ensemble, ont commandé de la nourriture et ont discuté. Puis, "il prit du pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna". Nous connaissons la fin de l'histoire :

"Leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards." De leurs regards, oui, mais pas de leur cœur, pas de leur mémoire, pas de leur allégresse et de leur décision immédiate de se précipiter pour retrouver les autres, toujours enfermés à Jérusalem, pour partager la nouvelle. 

Un mois et plus depuis notre dernière rencontre eucharistique, j'aspire au jour où nous vivrons ce que Cléopas et son compagnon ont vécu ce jour-là. J'aspire, bien sûr, à recevoir à nouveau la communion, mais j'aspire aussi à des choses qui n'ont peut-être pas toujours été aussi importantes pour moi avant que COVID-19 ne secoue notre monde avec tant de force : écouter, proclamer, prier, chanter, se tenir debout, s'asseoir, s'agenouiller, se serrer la main au Baiser de Paix - avec d'autres qui désirent la même chose. Nous ne sommes peut-être pas tous d'accord lorsqu'il s'agit de nos perspectives sur le monde, ou la politique, ou même l'Église. Mais nous sommes tous l'Église, tout comme ces deux disciples l'étaient. Catholique que je suis, j'ai besoin de choses qui touchent ma chair : il me manque des expériences tangibles avec des personnes tangibles qui composent l'Église, et j'attends avec impatience le jour où je - où nous - serons à nouveau ensemble. En attendant, des expériences comme celle d'Emmaüs peuvent nous rappeler la précieuse banalité qui donne à la vie sa plénitude, sa profondeur et son ampleur, son caractère sacré, vraiment. Puissions-nous bientôt être à nouveau réunis de manière aussi ordinaire et sacrée. Amen.