local_offer Devenir religieuse

‘‘Le seigneur a fait merveille, éternel est son amour’’

eventvendredi 5 mars 2021

Original : français

Voir les photos

C’est l’action de grâce qui nous habite après tant de bénédictions du Seigneur dans la province Rwanda Tchad. L’annonce de la profession temporaire des 4 novices a été accueillie avec joie et allégresse mais aussi avec une inquiétude de comment cela pourra se réaliser vue le confinement et les mesures de protection contre le Covid 19. De son côté, même dans cette incertitude, le noviciat préparait ce jour de grâce. En effet, quatre sœurs et deux novices préparaient pour les quatre qui allaient faire les vœux : on s’est bien répartis les tâches, veillant à ce que les professes aient le climat qui les font entrer dans la joie des noces, surtout que les 8 jours de retraite elles les  ont passés dans la communauté. On veillait aussi à ce que nos reines soient entourées de gestes pleins de cette sollicitude vigilante, affectueuse et efficace que de vraies mamans, de vraies sœurs savent prodiguer...

La veille nous avons accueilli joyeusement la nouvelle que grâce à un transfert médical pour Butare de deux sœurs, la provinciale, en les accompagnant, pourra se joindre à nous pour cet événement. Quatre sœurs  nous sont arrivées et leur présence a rendu plus vivante toute la fête en ses détails.  La veillée de prière a été  enrichie par les témoignages des futures professes qui  nous ont toutes introduites dans l’action de grâce à Dieu qui a accompagné chacune dans son histoire sainte. Arrivée le jour des noces, le 9 Février, la date de la béatification de notre Mère, sainte Marie Eugénie, le soin apporté à la préparation de chaque moment, de chaque détail de la célébration a fait ressortir une très belle liturgie où chacune de nos quatre a prononcé ses vœux et s’est offerte au Seigneur à l’aide d’un symbole au moment de l’offertoire.   Dans son homélie, le célébrant, Mgr Gahizi nous a rappelé l’essentiel de la consécration religieuse et comment notre célébration dans l’intimité, sans beaucoup de monde ni de grandes manifestations nous rappelle l’essentiel et nous ramène à la source.

« C’est Dieu qui conduit tout », le mot gravé sur le gâteau, a guidé tous les échanges que nous avons eus après la célébration eucharistique. Les nouvelles professes ont reconnu le Dieu qui conduit tout dans leurs vies et ont remercié toutes les personnes qui ont collaboré à cet œuvre de Dieu.  Les mots de remerciement et d’encouragement ont suivi, entremêlés de danses et de chants rythmés aux sons des tambours. La petite communauté a tout fait : on était devenus à la foi des Marthes et des Maries. Nous disons merci à nos sœurs qui ont répondu favorablement à l’appel du Seigneur et à vous tous qui nous ont soutenus par la prière. Les merveilles de Dieu se sont poursuivies dans la communauté du noviciat où le jour suivant nous avons suivi une session sur l’Eglise : quelles découvertes !!! Du nouveau baptisé au pape, vicaire du Christ, chacun a sa place, ses droits et ses devoirs dans l’Eglise. Cela s’est matérialisé dans un pèlerinage que la communauté a fait dans les Grands séminaires de théologie (Nyakibanda) et propédeutique (Nyumba).