local_offer Covid19 FR

Notre regard sur.... la province des États-Unis

N eventvendredi 7 août 2020

NOUVELLES DES USA

Ici, aux États-Unis, nous avons eu un peu plus de temps pour nous préparer à ce qui allait arriver.  Les souffrances de Wu Han et de l'Italie étaient très claires, elles ont été montrées à la télévision et sur Internet - ou du moins sur certains réseaux de télévision et sites Internet.  Malheureusement, certains de nos dirigeants étaient également très désireux de minimiser la crise.  "Elle disparaîtra miraculeusement", a déclaré notre président, des mots qui ont encouragé nombre de ses admirateurs à considérer le COVID-19 comme une sorte de grippe... rien de bien grave. 

Eh bien, il avait tort.  Et maintenant, nous sommes en plein milieu d'une grave épidémie, avec le plus grand nombre de cas dans le monde.  Nous n'avons pas encore dépassé le nombre de décès en Italie, mais il est assez clair que nous y arriverons.  La ville de New York a du mal à respirer, et d'autres grandes villes américaines ont également des difficultés.  C'est un moment sombre dans la vie de notre pays, comme pour tous les autres pays du monde. 

Heureusement, beaucoup de nos gouverneurs d'État ont été attentifs, tout comme de nombreux dirigeants des collectivités locales, des services de santé et d'autres domaines. Les gouverneurs ont donné des ordres de "rester chez soi", qui ont été suivis dans la plupart des cas, souvent à un coût extrême.  Beaucoup ont perdu leur emploi, tandis que d'autres, qui travaillent encore, risquent leur vie pour que le reste d'entre nous soit nourri et soigné.  En même temps, il est triste et frustrant de constater que certains agissent encore comme si de rien n'était, ou du moins comme s’ils n’avaient personnellement aucune responsabilité.  Les plages et les parcs - et même certaines églises - sont souvent remplis de gens qui ne peuvent ou ne veulent pas garder la distance nécessaire.  Un certain nombre de gouverneurs ont également refusé de dire à leurs citoyens de rester chez eux, et les résultats sont prévisibles.  Malheureusement, de nombreux États qui n’ont pas reçu ces consignes sont essentiellement ruraux et ont une population plus âgée ; si grand-mère tombe malade, il lui faudra plus de temps pour se rendre à l'hôpital, et une fois sur place, elle risque de ne pas trouver le ventilateur dont elle a besoin.

Le fait d'entendre et de lire comment d'autres personnes gèrent des jours et des semaines sans travail, avec les membres de la famille vivant dans des espaces restreints 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, nous invite, nous les sœurs, à une plus grande prise de conscience et à une plus grande empathie.  Cela vaut pour toutes les personnes concernées, quel que soit leur statut social.  Si NETFLIX est tout ce qui vous permet de rester "sain d'esprit", comme le disent certains des plus riches, ce n'est pas facile.  Et si on doit aussi se démener pour trouver l'argent pour se nourrir et se loger en allant au travail au supermarché ou en conduisant un bus à Philadelphie, c'est vraiment difficile.  Beaucoup de matière pour notre prière, comme je suis sûre qu'il en est de même pour tout le reste de l'Assomption.

Nous, les soeurs, nous allons bien pour le moment, nous pouvons pratiquer la "distanciation sociale" et nous restons la plupart du temps à la maison, comme on nous l'a demandé.  Nous restons en contact avec notre peuple par tous les moyens disponibles.  Parfois, il s'agit d'écrire un petit mot par courrier, d'autres fois, d'un appel téléphonique ou d'un Facetime, ou même simplement de crier de l’autre côté de la rue !  Et cette communication est très certainement à double sens : nos amis ont pris des initiatives pour nous aider, en particulier les jeunes voisins et amis qui veulent assurer notre sécurité, car nous sommes pour la plupart d'un âge qui nous rend plus vulnérables au virus.

Nous participons au deuil de ceux qui sont en deuil. Les nouvelles en provenance d'Espagne ont été particulièrement dures - les communautés qui ont subi de si lourdes pertes sont très présentes pour nous.  Et nous connaissons beaucoup d'autres personnes qui ont subi des pertes, que ce soit par suite d'un décès ou d'une perte d'emploi ou même d'une perte de leur routine qui les laisse maintenant avec trop d'heures vides et sans but.  Je pense que nous sommes toutes profondément reconnaissantes pour notre vie en communauté, pour le rythme intégré de prière et d'activité qui nous aide à vivre nos journées avec un but et dans la paix.  J'essaie d'imaginer la vie actuelle sans l’Office pour me donner une structure, et je n'y arrive pas. 

Un autre point concernant notre prière - l'expérience de voir le pape François donner sa bénédiction "Urbi et Orbi" a été très forte - un vieil homme en blanc se tenant seul, face à une place Saint-Pierre vide, priant pour le monde entier.  Le regarder et l'écouter nous parler depuis son bureau l'autre soir était également touchant.  Ce moment très cher où il nous a souhaité "Buona sera" ... et nous a ensuite souhaité un bon dîner - qui n'aimerait pas un "papa" comme ça ?  Grazzie, Santo Padre !  Gracias, Santo Padre !  Thank you, Holy FatherMerci Saint Père !  Portez-vous bien.  Nous avons besoin de vous.

Quant à la Semaine Sainte, comme toutes les communautés de l'Assomption, ici à Lansdale, nous adaptons notre vie et notre prière commune.  Nous attendons avec impatience un Seder très modifié dans la nuit du Jeudi Saint (pas de vin dans la maison, ça pourrait être un petit défi, je suppose !), après quoi nous espérons rester dans une prière et un silence profonds le Vendredi Saint et jusqu'au Samedi Saint. Comme toujours, nous attendons avec impatience un joyeux dimanche matin de Pâques, où, avec toute l'Église et toute l'Assomption, nous chanterons de toutes nos forces : 

"Surrexit Dominus vere, Alleluia, Alleluia !

Surrexit Christus hodie, Alleluia, Alleluia !"

 

Restez en sécurité, Sœurs et Amis. Nous vous portons dans nos cœurs et notre prière ici.          

De Nuala, Lansdale