local_offer Covid19 FR

Notre regard sur ... la province d'Europe

N eventvendredi 7 août 2020

Voir les photos

En Europe la situation sans précédent. La vie de chaque communauté dans nos quatre pays a été touché et changé. Durant cette période les sœurs ont pris du temps pour partager quelques nouvelles, pensées,  prières. En les lisant, il donc fallait omettre beaucoup de partages, dommage !

Como, Italie

Nous sommes déjà à la sixième semaine d’isolement ! Il n’est pas simple de décrire ce que nous vivons. D’un côté le bulletin journalier nous parle de situations difficiles que, jour après jour, nous sentons de plus en plus proches à nous et aux personnes de notre entourage. D’autre part, comme communauté, nous avons décidé de nous organiser pour faire en sorte que ce temps soit un temps de grâce et pas seulement d’attente. Nos journées se déroulent avec des rythmes nouveaux ; nous donnons plus d’espace à la vie de communauté, à la prière, à la détente : nous étudions les documents du CGP, nous disons le rosaire en communion avec les familles chrétiennes du diocèse pour la fin de la pandémie, nous avons un après midi - un film… Mais en réalité nous n’avons jamais cessé de travailler. Ce temps de plus grande proximité communautaire est en train de faire grandir entre nous la solidarité et la collaboration, nous rend plus attentives vis-à-vis de l’autre pour soutenir, discrètement, les moments de tristesse ou de résignation qui de temps en temps nous habitent. C’est un moment de grâce, une manière plus radicale de vivre le carême, à la recherche de l’essentiel et dans l’effort de soigner les relations ad intra et ad extra vers nos familles, nos amis, les élèves et leurs familles, nos collaborateurs. 

Rome, Italie

En communauté nous avons choisi des moments pour nous former ensemble (Conférences du CGP, textes de MME, articles sur l’actualité) et pour partager le Lectio sur l’Evangile du Dimanche. Cela fait sortir de chacune des sincères questionnements, des belles certitudes, l’émerveillement pour la lumière apportée par l’autre.

Une sœur de l’infirmerie, à la lumière de la fête de l’Annonciation, disait : ”C’est comme si Dieu prenne chair à nouveau dans notre monde d’aujourd’hui si éprouvé et effrayé pour susciter la solidarité qui rend proche sa tendresse”.

Angleterre

La vie en Angleterre a changé radicalement depuis la soirée du 23 mars, lorsque le gouvernement a annoncé un "lockdown". Nous ne sommes désormais autorisés à quitter nos maisons que pour acheter de la nourriture ou des médicaments, pour faire de l'exercice quotidien, pour nous rendre au travail en cas d'absolue nécessité, pour des besoins médicaux ou pour aider les personnes vulnérables. Cette mesure a été prise relativement tard au Royaume-Uni, le gouvernement proposant initialement de se concentrer sur la protection des plus vulnérables et de compter sur « l'immunité du troupeau » une fois qu'un nombre suffisant de personnes a été infecté. Toutefois, lorsque des études ont montré que cette politique entraînerait plus de 200 000 décès et submergerait le NHS (National Health Service), le verrouillage a été mis en place. Le mantra constant est : "Restez chez vous. Protégez le NHS. Sauvez des vies".

Après une première réaction de stockage, les gens se concentrent désormais davantage sur les besoins des malades et des personnes les plus à risque, tout en soutenant tous les travailleurs de première ligne. On se préoccupe des sans-abri (bien que beaucoup se soient vu proposer un logement pendant la crise) et de ceux qui dépendent des banques alimentaires, ainsi que de ceux qui vivent dans des logements exigus, en particulier les familles avec des enfants en bas âge. Bien que l'utilisation accrue de la technologie aide les gens à rester en contact, on est de plus en plus conscient des conséquences du verrouillage sur le bien-être mental.

La vie dans nos communautés est devenue beaucoup plus calme et plus priante. Nous avons la chance d'avoir de bons voisins et de recevoir des offres d'aide et de soutien pratiques, ainsi que des moyens de participer à des activités de masse "en ligne", avec une grande variété d'endroits à "visiter" de cette manière. Comme tout le monde, nous sommes pleines d'admiration pour le personnel médical et tous les travailleurs de première ligne. Une conséquence très positive de la situation actuelle est l'estime dans laquelle sont désormais tenus les travaux essentiels peu qualifiés, tels que les nettoyeurs ou les employés de supermarché, ainsi que, bien sûr, le personnel médical qui est acclamé par la nation à 20 heures chaque jeudi soir.    

Etterbeek, Bruxelles

Le confinement nous oblige à une créativité apostolique : catéchèse à domicile en ligne, conseil d’administration par le procédé vidéo conférence Zoom, Rapport annuel du Welcome-Babbelkot en télé-travail, accompagnement spirituel par messages écrits ou téléphoniques. On explore les sites pour procurer aux enfants du Welcome-Babbelkot des exercices de français afin d'entretenir la langue…

A 20h, nous sortons sur les balcons et fenêtres pour applaudir les médecins et le personnel soignant afin de les soutenir. Hier soir, c'était la surprise, avec l'arrivée de l'accordéon joué par Alma ! et cela donne une ambiance tellement sympathique au quartier, occasion de se saluer de loin entre voisins et de se savoir en bonne santé.

Boitsfort, Bruxelles

Nous avons décidé de vivre les matinées en silence  pour prier, faire le lectio, de lire et faire du travail manuel. Nous avons bien partagé tous nos taches. Chantal a répondu à une demande officielle : de coudre des masques ! Donc elle est bien occupée ! Trois jours, dans l'après-midi, nous nous retrouvons pour lire ensemble Chère Amazonie, pour voir un film et pour la réunion Communautaire.

Pierre un voisin,- avec un souci très grande pour nous,- s'est proposé de faire tous nos achats... Oui, notre vie a changé... Combien de fois aux Chapitres etc. nous avons parlé sur l'inquiétude du rythme accélérée de notre vie, et tout un coup, la situation nous amène à quelque chose de plus humaine ! Comme plusieurs l'ont déjà dit : « nous en sortira plus fort de cette situation » !

Vilnius, Lituanie

La Lituanie a fermé ses frontières et a déclaré la quarantaine le 13 mars et nous espérons que cela permettra de gérer la situation. Fonctionnent uniquement les magasins d’alimentation et les pharmacies. Pas plus de deux personnes peuvent se promener ensemble dans la ville. On doit porter des masques à l'extérieur. Il est prévu que, même si la situation se stabilise, on ne réouvrira pas en masse les écoles ni les universités. Derrière la quarantaine, il y a une énorme ombre qui enveloppe les familles à risque social. On craint une escalade de la violence, de l'alcoolisme domestique, etc. Pour la plupart d’entre nous le rythme de travail demeure serré, surtout en travaillant (cours, consultations, réunions…) « en ligne ». Nous avons bien développé nos connaissances en IT ces derniers jours !

Nous avons transmis en live par Facebook la liturgie des Ténèbres durant le Triduum pascal et beaucoup de nos amis étaient reconnaissants pour la possibilité de prier ensemble.

Nous aimerions beaucoup que cette période de crise soit l'occasion d'approfondir ce que Dieu nous dit dans ces événements. Une hymne lituanienne contient les mots "Nous ne sortirons pas vides de Tes profondeurs, nous ne resterons pas les mêmes". Espérons que nous reviendrons à la vie autrement après cette quarantaine...