local_offer JPICS

Centre d'aide et d'accompagnement communautaire

C eventvendredi 12 août 2022

Lors du dernier Chapitre général de l'A.R., nous avons été encouragés par la devise : "Poussés par l'Esprit, prenons des risques aux frontières". En tant que communauté de La Rioja, en Argentine, nous avons ressenti l'appel à aller au-delà du connu dans notre service missionnaire, à regarder de nouveaux horizons et à écouter les nouveaux défis de l'évangélisation. Cette attitude a ouvert nos yeux et nos cœurs ; et nous avons trouvé dans notre vie quotidienne des jeunes allongés sur le bord de la route, dépouillés de leurs liens familiaux et communautaires, exclus du système éducatif, du système de santé, désorientés, presque sans vie. Et nous avons pris conscience que, comme beaucoup de chrétiens, nous passions à côté d'eux, pressés d'aller à nos réunions de catéchèse, à la messe, etc. Nous revenions, et ils étaient toujours là, attendant que quelqu'un les regarde et ait pitié d'eux, pour les guérir, les relever et leur donner une nouvelle chance de vivre. En communauté, nous avons écouté et discerné cette réalité que vivent de nombreux jeunes dans notre quartier, en raison d'une toxicomanie problématique ; nous avons présenté un projet à la Congrégation pour nous aider à construire une maison. Et nous avons décidé de nous joindre à d'autres personnes qui travaillaient déjà dans ce service. Nous nous sommes organisés, laïcs et sœurs, autour du jeune blessé sur le bord de la route, et nous avons accompagné la vie, et pas seulement une personne ayant une consommation problématique de substances.

Nous rejoignons un nouveau ministère pastoral, une église qui va d'abord, qui vit vers l'extérieur, qui s'implique, qui accompagne et qui vit comme une famille. Nous faisons partie de la "Grande Famille des Maisons du Christ". Un espace communautaire pour accompagner et recevoir la vie des personnes en situation de vulnérabilité sociale et/ou de toxicomanie, où nous cherchons à être une Maison, recevant "la vie comme elle vient". Nous coordonnons avec les différents secteurs et organismes de l'État provincial et national, pour une approche globale dans toute sa complexité. Nous voulons vivre une Pastorale qui soit le reflet d'un Dieu miséricordieux. C'est pourquoi nous cherchons à "accueillir la vie comme elle vient" et à lui donner une place, sans juger, sans condamner. Dans la maison de quartier, les jeunes peuvent terminer leur scolarité primaire, participer à divers ateliers et activités sportives, jouer, se promener, prendre un goûter et dîner ensemble. Les personnes qui ont des problèmes avec la justice sont accompagnées par des avocats de la Pastorale sociale diocésaine. Nous travaillons également en réseau avec les institutions publiques qui s'occupent de toxicomanie, où ils peuvent recevoir un soutien psychothérapeutique. Les mères de ces jeunes sont accompagnées par le travailleur social et une mère qui coordonne le groupe. Ceux qui ont été condamnés et sont en prison sont assistés.

À titre préventif, nous réalisons différentes activités avec les enfants et les préadolescents, qui reçoivent une collation. L'objectif est de générer de nouvelles conditions d'intégration pour les jeunes en situation de vulnérabilité. Une vision intégrale de la formation qui inclut les valeurs de la foi et la génération d'opportunités de travail liées au "soin de la maison commune".

 

Sœur Mercedes Frogel R.A. Province de l'Atlantique Sud