local_offer JPICS

Conférence du réseau national Justice et Paix

C eventlundi 27 mai 2024

L'équipe de jeunes de l'Assomption UK et quatre jeunes adultes ont participé à la 45e conférence annuelle du réseau national Justice et Paix au cours de l'été. La conférence a rassemblé des militants de toute l'Angleterre et du Pays de Galles avec environ 150 participants, dont des activistes de Justice et Paix de 16 diocèses, des prêtres de trois sociétés missionnaires des sœurs de six congrégations, ainsi que des représentants de CAFOD, CSAN, CARJ, Missio, Pax Christi, SVP, Archbishop Romero Trust, et du Mouvement Laudato Si pour mettre en lumière les questions de justice sociale, l'injustice structurelle, le changement climatique, les conflits et les migrations. Le titre "Survivre ou s'arrêter" présente à chacun d'entre nous la réalité de l'état actuel de notre planète, les principaux défis auxquels nous sommes confrontés et les choix éclairés que nous devons tous faire pour que ceux qui viendront après nous puissent faire l'expérience de la beauté de la création, en menant des vies sûres et durables. Voici les réflexions des jeunes adultes :

 

Alejandra : "Je suis une économiste bolivienne qui a terminé ses études en MSc. Économie de l'environnement et changement climatique à la London School of Economics and Political Science. Toute ma vie, j'ai été impliquée dans les questions environnementales. Cependant, ce n'est qu'en 2016 que j'ai décidé de changer de cap dans ma carrière professionnelle et de me concentrer sur les questions d'environnement et de durabilité. Cette décision s'explique principalement par le fait que cette année-là, ma ville, La Paz (Bolivie), a connu des problèmes de pénurie d'eau et surtout par ma rencontre avec l'encyclique Laudato Si, alors toute récente, qui m'a incitée à vouloir être un protagoniste de ce changement nécessaire dans le monde. Lorsque j'ai commencé mes études à Londres, à la recherche d'endroits où je pourrais partager ma foi, j'ai rencontré les Sœurs de l'Assomption et j'ai trouvé en elles une grande source d'inspiration, surtout lorsque j'ai vu le travail de mon église au service de la société. Grâce à elles, j'ai pu participer à la conférence, qui m'a apporté de grands enseignements et des perspectives de vie très importantes. La conférence m'a permis d'intérioriser le travail de l'Église dans les pays développés pour atteindre les objectifs de développement durable.

Dans le livre de la Genèse 1,26-31, nous pouvons voir comment Dieu nous fait le don de la création. Il nous la donne pour que nous ayons autorité sur elle, avec la raison que ce don nous permettra d'être féconds. Un trésor qui nous a été donné pour que nous en profitions et en prenions soin, et non pour que nous le détruisions ou l'exploitions. La conférence m'a permis d'approfondir la relation entre la crise environnementale et la crise des valeurs que je perçois. Une société dans laquelle la culture du jetable est très latente. Une société dans laquelle réparer, faire des compromis, espérer, est quelque chose de très éloigné de la réalité, et même quelque chose d'indésirable. Une culture qui cherche à se débarrasser de tout ce qui n'est pas productif, de tout ce qui ne génère pas de retour sur investissement. Cette culture se manifeste dans les relations personnelles, dans l'économie et même dans le traitement de l'environnement. Par exemple, nous cherchons à détruire les forêts, parce que "leur simple existence ne génère pas de revenus économiques", et nous cherchons plutôt à les transformer en quelque chose de "productif" en exploitant les ressources. La durabilité n'est pas confortable pour nous, nous préférons les verres jetables, les couverts et les ustensiles à usage unique, qui une fois qu'ils ont rempli leur fonction, en satisfaisant les besoins personnels, sont jetés. La société d'aujourd'hui n'ose pas renoncer à un peu de son confort, de ses désirs et de son temps, chercher quelque chose de durable, quelque chose qui demande plus de temps, pour le plus grand bien.

Le message du pape François, si souvent répété lors de la conférence, résonne encore en moi : VIVRE SIMPLEMENT. La simplicité de la vie va de pair avec la simplicité du cœur qui laisse grandir en soi l’amour du quotidien. Elle va de pair avec un cœur qui apprécie les petits détails de la vie, qui cherche à être présent, au jour le jour, et à ne pas vivre dans la nostalgie d'un avenir. C'est de cette simplicité de vie dont le monde a besoin, pour arrêter de promouvoir une industrie consumériste qui cause tant de dommages personnels et environnementaux".

Amy : "Je suis assistante sociale et conseillère citoyenne locale. J'offre des conseils juridiques gratuits et confidentiels sur diverses questions telles que la sécurité sociale, le logement, l'emploi, les dettes, etc. Je connais les Sœurs de l'Assomption depuis 2019 ; j'ai participé avec elles à un pèlerinage de huit jours à Lourdes avec d'autres jeunes adultes ; j'ai vécu dans un logement fourni par elles à Twickenham près de l'université St Mary's et je participe aux activités et aux retraites qu'elles proposent aux jeunes adultes lorsque je le peux.

J'ai trouvé les exposés de la conférence très intéressants et inspirants ! J'ai participé à deux ateliers, dont l'un portait sur le coût de la vie et l'injustice du système de protection sociale au Royaume-Uni. Cet atelier correspond tout à fait à mon travail : les personnes à faibles revenus sont incapables de faire face au coût de la vie au Royaume-Uni et doivent accepter des emplois supplémentaires pour pouvoir payer leurs factures. Alors que le système de prestations tel que le crédit universel est censé fournir une aide financière, il ne fonctionne pas suffisamment. Nous avons discuté d'une campagne visant à augmenter le taux de base du crédit universel afin de permettre aux gens de vivre dans un contexte de coût de la vie élevé. Cette campagne vise à lutter contre la pauvreté des personnes au Royaume-Uni. La conférence de ce week-end m'incite à continuer à aider les sans-voix à comprendre leurs droits et à apporter des changements positifs significatifs dans leur vie".

Angel : "J'étudie actuellement le droit en France et j'aspire à devenir avocate internationale spécialisée  (AVOCAT INTERNATIONAL SPECIALISE) dans l'environnement. Mon lien avec les Sœurs de l'Assomption a commencé lors de la COP26 à Glasgow. Je pense que la citation qui m'a le plus frappée est la suivante : " nous pourrions être la première génération à mettre fin à la pauvreté, mais la dernière à sauver la planète ". Elle a vraiment résonné en moi. Plus tard, lors de notre dernier groupe de discussion, quelqu'un m'a donné un autre point de vue sur cette citation en disant que si la pauvreté est résolue, cela ne va-t-il pas de pair avec la sauvegarde de notre planète ? C'était très intéressant, car tous les objectifs des Nations unies sont interconnectés, et un objectif ne peut être résolu sans les autres.

Un autre atelier qui m'a marqué MARQUEE est celui consacré aux réfugiés. En tant que demandeur DEMANDEUSE d'asile, c'est formidable de voir que les gens se passionnent pour nous et se soucient de ce qui se passe avec la nouvelle loi sur l'immigration clandestine. Il est rassurant de savoir que les gens se battent contre ce projet de loi cruel. Après ce week-end, je pense qu'il faut que je me renseigne davantage sur les organisations, que j'en apprenne plus sur ce qu'elles font et sur les programmes qu'elles proposent, comme la vie simple, que j'éduque les autres et que je passe le mot. Je suis très reconnaissante de cette opportunité offerte par l'Assomption, et je me sens encouragé(e) à agir dans ma petite communauté avec foi et détermination“.

Ce fut un week-end merveilleux avec des rencontres fructueuses et qui a réveillé l'appel universel à l'action pour que nous nous joignions tous à la paix et à la prospérité pour notre maison commune. Le message général de la conférence était un message d'espérance, et nous avons été invités à porter cette espérance en défendant dans nos diocèses la volonté politique de prendre les droits de l'homme et la durabilité plus au sérieux.