local_offer Les Religieuses local_offer Eglise

FABC 50: Voyager ensemble en tant que peuples d'Asie

F eventjeudi 29 février 2024

Voir le site web ici

 

FABC 50 : Cheminer ensemble en tant que peuples d'Asie

"... et ils prirent un autre chemin."  (Mt. 2:12)

 

La Conférence Générale que la Fédération des Conférences Episcopales d'Asie (FABC) a planifiée depuis plusieurs années a finalement eu lieu du 12 au 30 octobre dernier.  Baan Phu Waan (" Maison du Semeur ") à Samphran - connu comme le Petit Vatican en Thaïlande - était le cadre parfait pour cette conférence qui a rassemblé plus de 220 participants, dont la majorité sont des évêques, bien sûr.  J'ai eu le privilège d'y participer en tant que secrétaire exécutive du Bureau de la vie consacrée (FABC-OCL), l'un des neuf bureaux de la FABC.

La Conférence Générale devait coïncider avec le 50ème anniversaire des débuts de la FABC, mais la planification a été rattrapée par la pandémie de Covid-19. Le groupe central mis en place par Mgr Alwyn D'Silva a procédé à des consultations en utilisant une plateforme en ligne pour les réunions, et a invité des spécialistes des sciences sociales et des théologiens à formuler des commentaires sur le document d'orientation.

En se laissant guider par Matthieu 2:1-12, l'objectif global de la FABC 50 était de réaffirmer, renouveler et revitaliser l'ensemble de l'Eglise en Asie... d'envisager de nouvelles voies de service et de cheminement ensemble en tant que peuples d'Asie... " ils retournèrent dans leur pays par un autre chemin..."  Mt. 2:12

Les participants et les invités de toute l'Asie et des autres continents ont commencé à arriver le 10 octobre.

Le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Bombay, était l'organisateur, avec le cardinal Charles Bo de Myanmar (actuel président de la FABC) et le cardinal Francis Xavier Kriengsak, archevêque de Bangkok, comme co-présidents de la conférence.

Les délégués venaient des conférences membres, des membres associés (comme le Népal qui n'a qu'un seul évêque), des présidents et secrétaires exécutifs des 9 bureaux de la FABC, des délégués fraternels des conférences épiscopales du Luxembourg, de Lituanie (qui connaissait nos sœurs), du CELAM, du SCEAM, des États-Unis et des représentants du Vatican. Les invités et les partenaires comprenaient notre propre supérieure générale, Sr. Rekha Chennattu, théologienne biblique. Certaines sœurs ont été invitées pour leur implication dans "Talitha Kum" - nom de leur groupe de travail contre le trafic humain en Asie.  Il y avait des responsables de la pastorale des jeunes d'Inde, de Singapour et de Malaisie.

Le plus grand nombre d'évêques participants venait d'Inde avec 39 évêques de rites latin, syro-malabar et syro-malankar. Ensuite les évêques philippins, menés par l'évêque Pablo David, appelé au début "Bishop Da(y)vid", puis "Bishop Ambo", comme on l'appelle affectueusement aux Philippines.  Il a été le modérateur du premier jour et a souvent eu des interventions importantes tout au long de la conférence. Je voudrais faire une mention spéciale d'un autre évêque philippin, cette fois de Salt Lake City, U.S.A. - Mgr Oscar A. Solis, était le représentant de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis en tant que délégué fraternel. Dans son message, il a mentionné comment les travailleurs d'outre-mer des pays asiatiques font connaître leurs pays non seulement à cause de "Adobo, p'hat thai, nouilles, curry, ..." etc. "mais aussi pour leur foi et leur fidélité.  Ils - les travailleurs d'outre-mer des pays asiatiques - sont les missionnaires asiatiques d'aujourd'hui.

Le Cardinal Luis Antonio G. Tagle, Pro-préfet du Dicastère pour l'évangélisation était l'envoyé spécial du Saint Père à la Conférence.   .

Il a raconté aux participants qu'avant de partir pour son vol, il est allé voir le Saint Père et lui a demandé quel message il donnerait à son arrivée. Le pape François a répondu : " ma proximité. Dites-leur combien je me sens proche de chacun d'entre eux et de l'Église d'Asie".  Il l'a dit d'une manière si touchante.  Le cardinal Tagle a parlé des médias et de leur influence, en particulier sur les jeunes. Il a tenu une conférence uniquement pour les évêques.

Nous avions un horaire très régulier qui commençait par la messe à 7 heures du matin les jours de semaine. C'était une "fête" liturgique à chaque fois, les cardinaux et les évêques se relayant pour présider et concélébrer. Les grands séminaristes et quelques groupes de novices de différentes congrégations dirigeaient les chants.

La session du matin s'ouvrait toujours par la prière ADSUMUS - prière à l'Esprit Saint pour la synodalité. Elle était suivie de la prière du matin sur vidéo, préparée de manière riche et créative par un pays différent chaque jour.

L'introduction nous mettait dans une attitude de de prière en communion avec chaque pays. - C'était un voyage culturel qui comprenait l'origine et l'évolution du christianisme dans ce pays, les défis et les opportunités pour la proclamation de la foi et une danse de prière ou un rite d’accueil traditionnel. Ensuite, un passage de l'Évangile était lu principalement dans la langue du pays, suivi d'une réflexion et de questions à méditer. Un appel à l'action présenté avec des symboles était toujours stimulant.  Les prières d'intercession pour l'Asie, pour le pays, pour la FABC 50, pour l'Eglise universelle, pour les aspirations des jeunes, des personnes âgées, des migrants, des familles, etc. étaient couronnées par le NOTRE PÈRE et un hymne final. 

 

Du 13 au 15 octobre

C'était VISITER L'ASIE. Le président de la Conférence épiscopale de chaque pays membre de la FABC a présenté leurs réalités, y compris les statistiques, les défis, les appels et les réponses, le rôle de l'Église dans le pays, les espoirs....  Les défis et les appels étaient variés - dialogue interreligieux, préoccupations écologiques, peuples indigènes, discrimination, fondamentalisme, groupes extrémistes dans les pays islamiques, méfiance et incompréhension, trafic d'êtres humains, anticléricalisme, catholiques non évangélisés, utilisation des médias, technologie, finances, etc.  Les réponses ont été les suivantes : rallumer la foi, raviver la soif de Dieu, approfondir le dialogue interreligieux et le dialogue avec la création, l'engagement des laïcs, la pastorale créative, l'attention fraternelle, être un pont, le partage des ressources, le service désintéressé à tous, "chuchoter l'Évangile" au cœur (de la Mongolie), prier l'Esprit Saint pour le miracle de la paix... 

Ces visites virtuelles ont renforcé le désir d'une Église synodale qui chemine ensemble.

 

16 octobre ASIA TALKS 

16 invités de 13 pays ont partagé leur expérience sur les femmes consacrées, la politique, la famille, la monoparentalité, le changement climatique, les problèmes des jeunes, les réfugiés et d'autres sujets.   

 

17-22 octobre Les réalités émergentes et l'Église en Asie

C'était le moment d'élargir nos connaissances et d'approfondir notre compréhension des réalités émergentes - le rôle des femmes, "l'option préférentielle pour les femmes", la traite des êtres humains, les travailleurs migrants (50 millions), le lien, la communion, la fraternité, l'harmonie, la solidarité... connectés les uns aux autres "pour le meilleur et pour le pire", "fratelli tutti", le ministère numérique... un avenir numérique.  Des personnes ressources d'Asie, d'autres continents et du Vatican ont donné des conférences et des exposés éclairés.

En groupes de travail, nous réagissions à ce que nous avons entendu, discuté, réfléchi et soumis notre rapport numérique qui était instantanément projeté sur l'écran. 

En résumé : l'étendue et la profondeur de l'Asie sont presque impossibles à saisir. Le comité d'organisation a donné les grands C suivants comme tentative : CONSULTATION , CONVERSATION, CONVERSION, COMMUNION. 

Nous n'apprenons pas seulement les uns des autres, nous nous soutenons mutuellement, a répété un évêque. Nous nous écoutons les uns les autres, nous écoutons l'Esprit Saint ensemble.

Bien que nous soyons une minorité, nous sommes présents partout. Ayez du courage ! 

Chaque jour, après chaque conférence, assemblée plénière, forums ouverts, il nous a été demandé de faire une pause d'environ 2 minutes pour nous rappeler ce que nous avions entendu et dit, et pour être en contact avec l'Esprit dans le silence de nos cœurs.  Cette "partie" du programme a été très appréciée lors de l'évaluation de notre processus.

La veille du dimanche des missions, le 23 octobre, nous nous sommes réunis pour une retraite et une heure d’adoration du Saint Sacrement ensemble.

 Le lendemain, dimanche des missions, nous avons participé à des visites virtuelles de paroisses en Asie - du Kazakhstan et de la Mongolie en Asie centrale, à Cebu, aux Philippines en Asie du Sud-Est et à d'autres paroisses dans les périphéries de l'Asie. Nous avons même échangé avec le curé et les paroissiens. Un homme au Kazakhstan (environ 15 paroissiens dans cette petite église) s'est vu demander comment il s'était converti à la foi catholique. Sa réponse : "Quelqu'un m'a suffisamment aimé pour me parler de Jésus". La merveille et la bénédiction de la technologie numérique ont été utilisées à notre grand avantage par l'équipe média de la FABC dirigée par le Révérend Père Nigel Barrett du Centre de communication catholique de l'archidiocèse de Mumbai, en Inde. 

L'équipe technique a été félicitée pour tout ce qu'elle a fait pour que toutes les rencontres virtuelles aient lieu et que les sessions se déroulent sans accroc, et pour avoir aidé les ateliers à soumettre des rapports qui ont été instantanément diffusés sur l'écran. De nombreux évêques âgés ont été encouragés à se familiariser avec les médias.

 

24-26 octobre Discerner de nouvelles voies pour l'Église en Asie

Que dit l'Esprit aux Eglises d'Asie ?

Qu'est-ce que "Envisager de nouvelles voies" évoque en vous ?

Le moment était venu d'écouter sérieusement ces questions. Nous avons été guidés dans ce moment crucial de la conférence par M. Leslie D'Souza, formé au MIT et président du PrePearl Training Development en Inde. En utilisant la Théorie U et la Voie Christo Centrique, il nous a conduits à travers les différentes phases de ce processus détaillé et profond. Il était important de commencer par se mettre en Présence - se connecter à la Source de qui je suis.  Qui suis-je ? Qu'est-ce que Dieu (la Vie) veut que je fasse ?

Vers la fin, il nous a été demandé d'articuler les grands D en relation avec le FABC 50 : Découverte, Rêve (Dream), Conception (Design), Destinée.

Les résultats des ateliers ont été rassemblés et inclus dans un message final adressé au peuple d'Asie.

La Thaïlande, hôte de la conférence générale du FABC50, a été félicitée pour son hospitalité et son ingéniosité dans l'accueil des invités. Les participants ont fait l'expérience de "Loy Krathong" - la fête des lumières, célébrée à l'avance pour que les participants puissent profiter de l'un des beaux rituels culturels de la Thaïlande. Visites du diocèse voisin de Ratchaburi et d'un parc du patrimoine où les rois de Thaïlande se promenaient autrefois. Un transport était toujours disponible après le déjeuner pour ceux qui souhaitaient se rendre à Big C. 

Une excellente cuisine était servie tous les jours, les nouilles thaïlandaises étant les plus populaires et, à l'heure du déjeuner, les cardinaux, archevêques, évêques et autres participants rejoignaient la longue file d'attente, ce qui ravissait ceux qui les servaient. Les fruits en abondance, les sucreries thaïlandaises, les collations du milieu de la matinée et de l'après-midi étaient les bienvenues après les conférences et les ateliers. Les repas et les pauses thé étaient des moments de rencontre, créant une atmosphère de "Fratelli tutti", comme l'a fait remarquer un évêque. Un cardinal a ajouté "...et Sorelli".

Le spectaculaire programme d'ouverture et de bienvenue a été préparé par 11 écoles de différentes provinces des Sœurs de St Paul de Chartres, à nouveau coordonnées par la technologie. Ils ne se sont réunis que la veille de la représentation. Le thème de la conférence a été interprété par des chants, des danses et du théâtre.

La messe de clôture à la cathédrale de l'Assomption à Bangkok a été présidée par le Cardinal Tagle.  Sœur Rekha l'a présenté avant la célébration eucharistique, mentionnant que les gens le considèrent comme "le pape François de l'Asie". Un banquet a été organisé par les "Frères de l'Assomption" (Frères de St. Gabriel) dans l'auditorium de leur Collège de l'Assomption et un programme de clôture a été préparé par les Sœurs du Sacré-Cœur de Bangkok. Le spectacle présentait les plus belles et les meilleures danses classiques de Thaïlande.

Puis ce furent les adieux, les séances de photos et les remerciements.  Nous étions reconnaissants de l'expérience synodale.

À 15 heures, nous étions en route pour Thabom. Il n'y avait pas de vol prévu ce soir-là pour Loei, alors Sr Sol et Sr Marie Thu sont venues nous prendre à Bangkok avec une camionnette pour emmener Sr Rekha avec nous à Thabom.

Nous avions pris un "... chemin différent", la route la moins fréquentée, dans l'obscurité de la nuit, ne passant pas par la route habituelle mais par des routes de montagne sinueuses avec moins de voyageurs et quelques étoiles au-dessus de nos têtes pour éclairer notre chemin.  À une heure du matin, nous étions sur le pas de notre porte à Thabom. Sœur Marie et les autres sœurs étaient là, bien réveillées, pour nous accueillir à la maison