local_offer JPICS local_offer Journée internationale

Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage - 2 décembre

J eventjeudi 22 février 2024

L'esclavage n'est pas simplement un vestige du passé

L'esclavage n'est pas seulement un vestige du passé, mais une réalité tristement actuelle. Selon l'Organisation internationale du Travail (OIT), plus de 40 millions de personnes sont victimes du travail forcé à travers le monde. L'esclavage moderne est un terme recouvrant plusieurs pratiques telles que le travail forcé, la servitude pour dettes, le mariage forcé et la traite d'êtres humains. Cela implique des situations d'exploitation qu'une personne ne peut refuser ou quitter en raison de menaces, de violence, de contraintes et/ou d'abus de pouvoir.

L'OIT a adopté un protocole juridiquement contraignant destiné à renforcer les efforts mondiaux visant à éliminer le travail forcé, entré en vigueur en novembre 2016.

 

Les principales formes de l'esclavage moderne

L'esclavage a évolué et s'est manifesté de différentes manières à travers l'Histoire. Aujourd'hui, certains formes traditionnelles de l'esclavage demeurent, tandis que d'autres ont évolué. Les organes des Nations Unies dédiés aux droits humains ont démontré la persistence de formes anciennes d'esclavage, ancrées dans les croyances et les pratiques traditionnelles. Ces formes d'esclavage sont le résultat de discriminations contre les groupes les plus vulnérables au sein de sociétés, considérés comme appartenant à des castes inférieures, des minorités tribales ou encore les peuples autochtones.

 

Le travail forcé

Le travail forcé peut être défini comme un travail accompli contre son gré et sous la menace d'une peine quelconque. Cela renvoie à des situations dans lesquelles des personnes sont contraintes à travailler par le recours à la violence ou l’intimidation, ou par des moyens plus subtils tels que la manipulation de dettes, la rétention de papiers d’identité ou la menace de dénonciation aux autorités migratoires.

Illustration: Eshonkulov Makhmudjon (Uzbekistán)

 

Child labour

Globally, one in ten children works. The majority of the child labour that occurs today is for economic exploitation. That goes against the Convention on the Rights of the Child, which recognizes “the right of the child to be protected from economic exploitation and from performing any work that is likely to be hazardous or to interfere with the child’s education, or to be harmful to the child’s health or physical, mental, spiritual, moral or social development.”

 

Illustration : Kaan Saatci (Turquie)

 

Trafficking

According to the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons Especially Women and Children, trafficking in persons means the recruitment, transportation, transfer, harbouring or receipt of persons, by means of the threat or use of force or other forms of coercion for the purpose of exploitation. Exploitation includes prostitution of others or other forms of sexual exploitation, forced labour or services, slavery or practices similar to slavery, servitude or the removal of organs. The consent of the person trafficked for exploitation is irrelevant and If the trafficked person is a child, it is a crime even without the use of force.

 

Illustration d'introduction : Gargalo Vasco (Portugal), premier prix du concours international de dessin organisé à l'occasion de la Journée mondiale contre la traite des personnes, par l'Organisation internationale du travail et Ressources humaines sans frontières.

 

* Photo de couverture : UNICEF