local_offer Covid19 FR

Notre regard sur ... la province d'Afrique de l'Est

N eventvendredi 5 mars 2021

Voir les photos

KENYA

La maison est soudain devenue une véritable "église domestique" avec une eucharistie quotidienne en ligne, le Triduum pascal étant célébré dans la maison. Il faut faire preuve de créativité pour conserver la solennité de chaque fête tout en restant fidèle à la distanciation sociale... pour se protéger et protéger les autres. C'était une nouvelle façon de prier la liturgie, d'être "Église", d'être connecté comme jamais auparavant par la technologie... pour la prière, pour les études, pour les nouvelles.

Et au niveau national, la crainte est que le covid-19 commence à infecter les habitants des bidonvilles de Nairobi. Kibera est le plus grand bidonville de toute l'Afrique et ce n'est pas le seul à Nairobi. Il n'y a pas de possibilité de distanciation sociale pour les habitants des bidonvilles. Et c'est dans ces bidonvilles que vivent la plupart des personnes atteintes du VIH-SIDA. Leur système immunitaire étant déjà compromis, ce serait une immense catastrophe de les voir exposés et infectés par le virus. Notre système de santé étant en mauvais état, il n'est pas étonnant que le gouvernement fasse tout son possible pour imposer un verrouillage. Il empêche déjà les déplacements en dehors des départements où se trouvent des cas infectés afin de contenir la propagation du virus.

TANZANIE

Le corona virus, le Covid19, est un refrain répété par tous, riches et pauvres, pays développés et pays du tiers monde, alphabétisés et analphabètes, jeunes et vieux, bienportants et handicapés. Le virus touche tout le monde. Malgré la crise, il y a des choses positives qui sont apparues. L'unité entre les gens de tous les milieux, une grande conscience de l'utilisation règles d’hygiène, en particulier le lavage des mains plusieurs fois par jour, les guerres ont cessé, le recours à Dieu, le Tout Puissant pour sauver notre monde, moins de déplacements inutiles, différentes entreprises et ONG plus solidaires du gouvernement pour fournir une assistance, par exemple des seaux de désinfectant, des masques et du personnel pour donner une éducation sur la prévention de la maladie.

Le gouvernement tanzanien, dans sa lutte contre la maladie, a d'abord déclaré la fermeture de tous les établissements d'enseignement primaire, secondaire, supérieur et universitaire jusqu'à nouvel ordre, a insisté pour que les mesures sanitaires soient respectées dans tous les lieux publics, les gares routières, les hôtels, les marchés, les magasins, les banques, les églises et les familles. Les gens sont autorisés à se réunir pour le culte dans les églises et les mosquées, mais avec des précautions de distance et un temps de culte plus court. Jusqu'à présent, aucun rassemblement n'est autorisé, par exemple les mariages, les petites communautés chrétiennes, les catéchèses et les fêtes. Peu de personnes assistent aux funérailles. En raison de leur faible immunité, les enfants, les malades et les personnes âgées ne sont pas autorisés à assister aux rassemblements liturgiques.

Les événements de l'année 2020 ont été affectés par la crise. Aucun enseignement ni aucune étude, car toutes les écoles sont fermées, aucune visite des malades, aucune réunion, car les rassemblements ont été interdits, plus de temps est consacré à la prière, en particulier à l'adoration dans nos communautés, l'apprentissage se fait par l'utilisation d'Internet, les zones sans Internet ne peuvent pas accéder au matériel pédagogique.

La vie de nos communautés a été affectée par le nombre croissant de victimes de Covid 19 , ce qui génère de la peur et de l'anxiété, mais avec une grande espérance en la puissance de Dieu et en notre Seigneur ressuscité. Tout l'apostolat s'est ralenti, les moments de prière se sont multipliés et la vie communautaire reste un lieu de partage de nos sentiments sur la crise et la manière de porter notre monde.

Certaines préoccupations demeurent : La vie sociale. La peur d'être détecté porteur du virus et d'être mis en quarantaine pendant 14 jours à ses frais, la peur d'être en contact avec des personnes guéries du virus, ce qui représente une sorte de discrimination. La dimension économique : Les produits agricoles ne peuvent être récoltés et vendus ; dans le tourisme : les hôtels, les parcs d’attractions, les plages, l'aéroport et certaines industries sont fermés. L'éducation : L'examen national pour les Terminales, prévu pour le 2 mai 2020, ceux des classes II et IV, prévus pour novembre 2020, et les programmes scolaires peuvent ne pas être couverts avant la fin de l'année. Environnement : Le mauvais usage et l'abus de produits chimiques utilisés dans la lutte contre le virus corona peuvent affecter notre environnement.      

QUE DIEU NOUS SAUVE !