local_offer Les Religieuses

Province d'Espagne: Corpus Christi: Fête-Dieu. Beauté, art et évangélisation

P eventlundi 26 septembre 2022

"Le corps de Jésus-Christ et son sang, qui nous sont donnés dans l'Eucharistie, nous donnent la force d'être ses témoins". (Instr. 08.04.1882)

 

La solennité de la Fête-Dieu nous renvoie à la grandeur de celui qui contemple Dieu dans un morceau de pain, mais aussi à Dieu qui se manifeste à travers une liturgie très solennelle : ostensoirs, pallium, tapis de terre et de sel, autels dressés dans la rue qui peuvent nous sembler d'un autre temps. C’est le fruit de la tradition. Avec un caractère renouvelé, le peuple offre de génération en génération tout ce qu'il a, de sorte que, comme le dit le proverbe espagnol, ce jeudi de la Fête-Dieu brille comme le soleil : "Il y a trois jeudis dans l'année qui brillent plus que le soleil : le Jeudi Saint, la Fête-Dieu et l'Ascension".

La beauté de l'art est mise au service de l'évangélisation ; il suffit de contempler la scène pour reconnaître la grandeur de celui qui y marche en procession. Le pape François résume magistralement cette idée pour l'association d'artistes "Diaconie de la Beauté" à l'occasion de son dixième anniversaire (Pape François, 17 février 2022) : "S'il y a de la beauté, c'est parce que Dieu est bon et qu’il nous la donne. Et cela nous met dans la joie, cela nous rassure, cela nous fait du bien. Le contact avec la beauté remonte toujours le moral, la beauté nous fait aller plus loin. Suscitant et soutenant la foi, elle est un chemin pour aller vers le Seigneur".  Et comme les foules qui suivaient le maître sur les routes de Jérusalem, des tapis sont préparés pour que, à son passage, la victoire du Christ, Verbum caro, panem verum, soit entonnée.

La Fête-Dieu, dans notre tradition populaire et religieuse, est une grande célébration au cours de laquelle les gens du peuple rendent hommage et louent le Seigneur par de nombreux gestes et signes.

Pour l'Assomption, "L'esprit d'adoration qui caractérise la Congrégation se traduit d’une manière privilégiée par l'adoration du Christ dans le Saint Sacrement exposé", …Le Christ, adorateur du Père... exposé... est celui qui rassemble Son peuple". (RV 68)

C'est pourquoi, dans toute l’Espagne, dans de nombreuses villes et villages, cette expérience est vécue avec un fort sentiment religieux profondément enraciné dans le peuple de Dieu et dans l'Église elle-même.

Les tapis de terre aux couleurs variées colorent les rues escarpées de la Noble et Loyale Villa de la Orotava à Ténériffe. Des artisans et des artistes dessinent les tapisseries et les allées à travers lesquelles passe la procession. Sur la place de la mairie, le pavé devient une immense tapisserie, qui chaque année est consacrée à une réalité. Cette année, en signe de communion et de solidarité, elle est dédiée à l'Ukraine et à notre île sœur La Palma, frappée par la furie du volcan Cumbre Vieja. Ces deux réalités, de l'universel au local, sont placées aux pieds du Seigneur dans de nombreuses tapisseries et tapis de toute l’Espagne ; d'autres symboles manifestent les traditions populaires des différents peuples. Ainsi, nous pouvons citer : le Chemin de saint Jacques dans son année jacobine et les longs couloirs de branches de bruyère et de thym qui parfument tout le parcours.

Art éphémère qui met une semaine à se construire et qui en un jour disparaît au passage du Seigneur hautement loué, Seigneur qui bénit son peuple, union sublime du temporel et de l'éternel, terre et ciel.  

Sur l'île de La Palma, les familles prêtent même leurs bijoux et leurs parures pour décorer les arches qui ornent la Villa de Mazo, laquelle, avec le parfum des fleurs et couverte de couleurs, chante à l'unisson l'Amour des Amours.

À Tolède, la Fête-Dieu est chargée d'histoire et de traditions, d'art, de spiritualité et de couleurs. Le magnifique ostensoir du XVIe siècle, l'objet le plus précieux conservé dans la cathédrale primatiale, parcourt les rues décorées de la ville. C’est le jour le plus important de son calendrier et c’est aussi l'élément essentiel de la procession.

Beauté, art et évangélisation d'une fête dont les origines se trouvent au Moyen-Âge et cela pour diverses raisons : combler les vides des rues pavées, remplir de couleurs et de parfums ces mêmes rues des premières villes, comme l'encens remplit de parfum et de splendeur le passage de notre Seigneur.

 

 

Regardez des photos ici