local_offer Les Religieuses

Province de Rwanda - Tchad: En dialogue avec nos réalités cherchons les nouveaux chemins de formation

P eventmercredi 17 juillet 2024

Le chapitre général de 2006 nous a laissé un très bon document sur la formation. La question qui se posait alors était : comment la Congrégation comme corps, les continents, les provinces et régions en dialogue  avec nos réalités chercher et actualiser les nouveaux chemins de formation.

En Août 2010, sœur Diana avec son Conseil,  nous ont publié le Projet de Formation avec cinq orientations: expérience de foi, connaissance de soi-même et intégration personnelle, apprentissage de la vie religieuse à l’Assomption, du charisme éducatif et de la liberté et de la responsabilité

En 2022 le projet a été révisé et élargi par le Conseil Général avec l’ajout de deux dimensions de grande actualité dans le monde : la dimension économique de notre vie et la formation à la justice, à la paix, à l’intégrité de la création et à la solidarité. 

Dans les lignes suivantes je voudrais partager ce qui a été vécu au niveau de l’Assomption en Afrique- Madagascar et en particulier dans la Province du Rwanda-Tchad pour  la formation initiale.

Au niveau Afrique-Madagascar, des sessions des formatrices ont été organisées pour l’actualisation et l’adaptation à leurs spécifiques contextes : les deux dernières sont celles de Nairobi (Afrique de l’Est) en Juillet 2019 et de Kabuye (Rwanda-Tchad) en Août 2023. Les sessions des jeunes sœurs précèdent celles des formatrices au rythme de quatre ans.

La Province du Rwanda-Tchad en dialogue avec les réalités socio-culturel spécifiques de ses deux pays, a organisé la formation comme suit : élaboration du projet de pastorale des vocations en 2010. Rejoindre les jeunes dans les paroisses, les écoles, les forums des jeunes dans différents diocèses et forum nationaux, nous les rejoignons aussi par des différents réseaux sociaux. Les jeunes identifiées candidates sont invitées à des sessions après lesquelles elles sont invitées  à regarder de près l’Assomption en étant proches de  trois communautés identifiées au Rwanda et deux communautés au Tchad, pour un séjour de trois à neufs mois. Après cette étape les jeunes demandent à entrer dans l’aspirat qui les regroupe dans la communauté de Rwankuba depuis 2018 sous la responsabilité d’une maîtresse. Elles sont initiées à la vie à l’Assomption par l’apprentissage de la liturgie, du français, des activités productives et du « prendre soins » par les soins médicaux de base suivant les réalités de notre province et aussi la ratio actualisée de deux sessions de formatrices Afrique Madagascar.

La ratio actualisée recommande de grouper les jeunes pour le postulat. Notre Postulat a ouvert ses portes à Musanze en mars 2021 avec sept jeunes. La maitresse aide les jeunes dans la connaissance d’elles-mêmes, de leurs origines familiales et nationales, la motivation et la solidité de leur désir de suivre le Christ à l’Assomption et vérifie leur aptitude de vivre en communauté.

Le Noviciat de Butare avec 11 novices en juin 2024, d’après  l’adaptation de la RATIO des sessions des formatrices d’Afrique Madagascar, reste toujours « un temps de rupture et de solitude, qui favorise la connaissance et l’amour de Jésus-Christ et prépare à le suivre dans la chasteté, la pauvreté et l’obéissance. C’est un temps de discernement, pour que se confirme l’appel à la vie religieuse, pour grandir dans l’adhésion à la spiritualité et au charisme d’éducation transformatrice de la congrégation » RATIO 2022. Ce noviciat est international à certains moments : des novices rwandaises, Tchadiennes, Kenyanes…

Toujours en dialogue avec nos réalités nous avons demandé un juniorat dans la Province pour l’accompagnement de fond de certaines de nos jeunes sœurs. Le premier groupe : 2 Malgaches et deux Rwandaises viennent de terminer leur temps de formation. Les autres jeunes sœurs font leur formation dans d’autres provinces mais toutes ont des occasions de participer à des sessions intercontinentales.

Ce travail fait au niveau congrégation, continent et province en dialogue avec nos réalités pour chercher les nouveaux chemins de formation est d’une importance capitale car il nous a aidées à nous resituer dans notre programme de formation et dans le style à adopter selon notre contexte et les demandes de la congrégation. Nous constatons que cela donne des bons résultats : aujourd’hui nous avons 7 novices, 5 postulantes et 8 aspirantes.   Nous demeurons attentives et ouvertes aux nouvelles réalités pour des nouveaux chemins.