local_offer Les Religieuses

Muisne... un score à quatre mains

M eventjeudi 21 janvier 2021

Muisne... un score à quatre mains [1]

 

Et l'Amour nous a emmenées aux frontières... pour parier sur la vie

Je ne sais pas... si la vie est courte

ou trop longue pour nous.

Mais je sais que rien de ce que nous vivons n’a de sens si nous ne touchons pas le cœur des personnes.

Bien souvent il suffit d’être : giron qui accueille,

bras qui enlace,

parole qui réconforte, (…)

Et ceci n’est pas quelque chose d’un autre monde,

c’est ce qui donne sens à la vie,

c’est ce qui fait qu’elle est

ni courte ni trop longue, mais qu’elle est intense, authentique, pure…

tant qu’elle dure.

(Savoir vivre, Cora Coralina)

 

En fidélité à l'esprit de notre Chapitre général 2018, qui nous a invités à être des serviteurs de la Vie au milieu des plus vulnérables, notre Province a laissé le souffle de l'Esprit nous conduire à MUISNE, Esmeraldas. Une zone oubliée par le gouvernement central, une des provinces les plus pauvres de notre Équateur. Un Vicariat de l'Apostolat de la Mission, confié aux Missionnaires Comboniens depuis 50 ans.  L'évêque, Mgr Eugenio Arellano (qui était aussi le président de la Conférence épiscopale équatorienne) nous a offert l'accompagnement de deux écoles (avec 1200 élèves) - qui ont été totalement reconstruites après le tremblement de terre de 2016 - et la prise en charge pastorale de 96 petites zones rurales.

Cette dernière mission est partagée avec une communauté de SVD, des missionnaires d'Asie qui font également leur chemin d'inculturation.

J'ai été envoyée à l'"île de l'enchantement" - comme ils appellent notre petit coin - en janvier 2019. Pour retourner à mon peuple - après 6 ans à la Maison Mère - en entrant par la porte étroite de la pauvreté et de l'incarnation, dans une très belle aventure semblable à celle des explorateurs de la terre promise.

Nous sommes maintenant une communauté de 5 sœurs qui, depuis les semailles ici, ont partagé - à différents moments - la vie et la mission en Assomption Ensemble, avec trois laïques enthousiastes et engagées dans notre charisme (Emilia, ancienne enseignante de notre école à Guayaquil, membre du Chemin de Vie.  Valeria, odontologue, ancienne élève en stage professionnel, et Isidora, jeune AMA chilienne).  Nous sommes arrivées avec un immense enthousiasme, prêtes à nous déchausser pour connaître une culture et une réalité totalement nouvelles pour nous, car Esmeraldas est comme un autre petit pays, dans notre pays. Et bien que nous n'ayons pas encore deux ans, nous sentons que nous faisons déjà partie de ce peuple... sans cesser de vivre dans un état de surprise, d'admiration et de compassion.

C'est une réalité très pauvre. A de nombreux niveaux.  Une pauvreté qui a laissé des blessures dans la façon d'être des gens et dans leurs réactions. Les familles sont très brisées et dysfonctionnelles. Nos enfants et nos jeunes sont héritiers de ce profond dysfonctionnement qui se manifeste dans les foyers, des foyers qui n’en sont pas, parce qu'il n'y a presque pas de couples stables ni de noyaux familiaux qui les protègent et s'occupent d'eux.

La femme est totalement dévalorisée, il y a beaucoup de promiscuité, le travail manque, une économie de survie, avec la menace constante de la drogue et de l'argent facile. Et ils sont aussi exposés aux attaques de la nature... eau, marées, inondations, tsunamis, tremblements de terre, etc...

Ici, les stéréotypes de la famille, les modèles pastoraux et les projets ecclésiaux sont brisés. Ainsi que les réponses préconçues.

Et si Muisne connaissait déjà la vulnérabilité et la fragilité, la pandémie est venue dépouiller encore plus cette réalité précaire et nous déstabiliser complètement. Nous avions pensé qu'au bout d'un an nous pourrions marcher avec plus de sécurité et commencer à faire des propositions plus concrètes, mais nous nous sommes rendues compte que la consigne demeure : ÉCOUTER ET SE DEPOUILLER. Accueillir l'incertitude et marcher pas à pas en essayant. Être créatif et laisser place à l'imagination prophétique ! Nous continuons à découvrir notre peuple, un amalgame de foi simple, de gestes lumineux de solidarité, de générosité, de noblesse et de joie, d'engagement obstiné dans la vie, immunisé par la résilience et la force, mais aussi infecté d'attitudes égoïstes et mesquines, de dirigeants menteurs et corrompus, d'un désespoir qui envahit presque tout, du mal qui est là "rodant et cherchant qui dévorer" ...

Une autre face de l'Equateur profond. Le canton possède une beauté naturelle indescriptible, des plages vierges et de magnifiques coins inexplorés, qui contrastent avec l'absence presque totale d'infrastructures pour accueillir le tourisme. Il n'y a pas d'eau potable sur l'île, pas de système d'égouts, et les voitures ne passent que par des barges (qui sont arrêtées depuis 6 mois !). Il y a un pont piétonnier qui nous relie au "continent" - comme on dit - et qui a été construit à la suite de l'urgence humanitaire du tremblement de terre de 2016, qui a marqué un avant et un après pour Muisne. Le peuple est mulâtre, plus qu'afro, car nous sommes très proches de la province voisine de Manabí, qui est venue peupler et coloniser ces terres il y a plusieurs décennies et s'est mélangée aux indigènes d'origine africaine. Il en résulte une culture métisse aux caractéristiques très particulières. La plupart des gens vivent de la pêche et de la vente de survie... il n'y a pas de centres d'enseignement supérieur, donc les jeunes qui veulent poursuivre leurs études doivent migrer vers les villes voisines... mais c'est vraiment pour peu d’entre eux...

C'est notre aujourd'hui, un défi interpelant. Covid19 a également apporté avec lui le miracle de la technique en arrivant à des petites maisons faites de canne avec un sol en terre battue. L'éducation virtuelle a nécessité une véritable campagne d’alphabétisation numérique destinée aux enseignants, aux élèves et aux parents (et, pourquoi ne pas le dire, à notre communauté !). Nous avons vécu une belle expérience en apprenant ensemble le virtuel, en nous tenant la main et en nous soutenant mutuellement à chaque étape, en discernant les réponses, les petites initiatives.

Chaque jour, je me réveille en me demandant ce que notre charisme peut apporter à la transformation de notre environnement. Quel nouveau vin pouvons-nous offrir ? Quelle espérance devons-nous encourager ? Quelles failles pouvons-nous combler ?

L’Emmanuel nous attendait ici, et nous avons beaucoup appris. Je ne veux pas perdre de vue les clins d'œil constants du Seigneur dans cette réalité si différente et si fragile, et je peux maintenant dire que mes années précédentes ont préparé cette kénose que mon cœur désirait et craignait tout à la fois. J'accueille comme un véritable don d'Amour de pouvoir comprendre un peu mieux le mystère de l'Incarnation à partir d'ici et c'est un privilège de vivre la grâce d'une fondation. Comme le dit le poème de Cora qui est à la tête de ces paroles, je me sens appelée à toucher la vie de ceux que je croise, à être baume et écoute, tendresse et caresse.

 Quelle grande mission !

 

María Eugenia Ramírez, ra

 

Ora et labora

Tout a commencé en août 2019. Le 13, j'ai confirmé que Muisne serait l'endroit où je vivrais pendant un an pour faire l'expérience de la santé rurale. Les sœurs m'ont ouvert leurs portes et j'ai commencé à faire mes valises. Elles m'ont dit que j'aurais besoin de bottes, de répulsif, de crème solaire, mais je n'imaginais pas que mon cœur devait aussi se préparer.

La traversée du pont, l’arrivée sur l'île, les étreintes de bienvenue n'étaient que les premières images tangibles du visage de Dieu.

A cause du travail, je devais me rendre tous les jours dans une communauté appelée Bilsa, à 30 minutes de l'île. Mais l'expérience ne se limitera pas au travail. Les sœurs m'ont appris leur rythme de prière. Donc, chaque matin, nous avons partagé les Laudes. Je dois avouer que se lever tôt était un grand défi.

En revenant chaque soir, je rejoignais les sœurs pour quelques minutes d'adoration. Nous priions les vêpres, allions à la messe, dînions et terminions par les Complies. Le week-end, j’appréciais le groupe des jeunes, pendant un temps nous avons eu des groupes de guitare et les dimanches étaient communautaires.

Lorsque j'énumère les activités, il me semble irréel qu'elles soient inscrites sur trois lignes. Et tous ces espaces sont pleins de visages et de vie.

Être odontologue dans un endroit où on a à peine accès à l'eau de la rivière est devenu une opportunité de servir à partir de ce qu’on est, plus qu'à partir de ce qu’on a.  Mais avec la certitude que je ne le faisais pas en mon nom, je me sentais envoyée par une communauté. Je n'y allais pas seule, chaque jour le Seigneur se présentait à moi avec un visage différent. Chaque famille, chaque enfant, m'a apporté l'image d'un Nazareth Equatorien. A la maison, lorsque nous partagions nos expériences de mission en communauté, c'était pour confirmer qu'être Assomption n'a pas de limites. Chacun, en fonction de sa vocation, a une place et une mission.

Lorsque la pandémie est arrivée, la sécurité créée par les habitudes s'est effondrée. Le peuple Muisneño, comme le monde entier, a ressenti la peur. Ils se sont réfugiés dans les champs, mais ceux qui sont restés ont franchi la mince ligne entre s'exposer pour subvenir aux besoins économiques de leur famille ou tomber malade et accueillir tout ce que cela impliquait. La frustration de ne pas pouvoir en faire plus face à une menace biologique comme celle de la COVID, c'est le sentiment et le ton qui ont marqué - et continuent de marquer - la vie de tant de médecins, d'infirmières et de dentistes, qui sont passés d'une situation confortable dans leur cabinet, à la course et à la prise de responsabilités inhabituelles nécessaires en fonction de la situation.

Je suis de plus en plus étonnée de voir comment le Seigneur se manifeste dans ce genre de situations. Il n'a pas fallu longtemps pour que la solidarité se manifeste. Des jeunes qui s'occupent des autres, des adultes, qui créent des réseaux pour que personne ne manque de pain. Les gens qui s'encouragent les uns les autres.

Muisne est l'île de l'enchantement, comme l'appellent les habitants de Muisne, et aujourd'hui, je n'en doute pas. Son peuple, son histoire et ses rites ont un charme qui dépasse l'évidence. Cela m'a appris que vivre en plénitude est ce qui fait que la joie demeure, les chants continuent et l'espérance se maintient.

Je suis reconnaissante aux sœurs d'avoir ouvert les portes de leur maison, mais aussi de leur cœur. Se sentir accueillie dans un espace étranger est merveilleux. Mais se sentir chez soi, c'est une autre chanson. Merci à l’Assomption d'être ce rayon de lumière au milieu de tant de choses.

Valeria Yerovi B.

 

[1] Nous avons voulu partager cette histoire de la fondation de Muisne avec un avant-goût d'Assomption Ensemble. Cela a caractérisé notre communauté depuis le début : accueillir cette nouvelle réalité vue et aimée de ces deux vocations : RA et Laïques Assomption