local_offer Covid19 FR

Notre regard sur ... la province d'Asie-Pacifique

N eventvendredi 5 mars 2021

LE MONDE DEVIENT UN NOVICIAT par Kristine Lomeda, novice

Imaginez ces scènes : la circulation de naguère 24 heures sur 24 sur l'autoroute principale de Manille, aux Philippines, ne se voit plus ; les rues animées et bruyantes des bidonvilles de Tondo et les cris des enfants et des hommes jouant dans des milliers de cours couvertes délabrées en plein milieu des bidonvilles du grand Manille ne se font plus entendre ; les centres commerciaux, répit "estival" quotidien des riches et des classes moyennes ont cessé leurs activités ; les concerts et les réunions sont interdits. Pour les pauvres, leurs petites sources de bavardage quotidien pendant le balayage de la cour ont dû être coupées, les salariés journaliers ont dû chercher des moyens créatifs de maintenir au moins leur famille en vie pour les semaines à venir. Ces derniers jours, les soldats du front ne sont plus ceux qui possèdent des fusils et des voitures de patrouille ni des chars, mais ceux qui portent des gants et des masques, ceux qui portent des équipements de protection individuelle protégeant leur corps de l'ennemi invisible. Ce sont ces images, et bien d'autres, qu'il faut voir maintenant - du moins ici aux Philippines.

Et, en un clin d'œil, les scènes changent à nouveau, chacun est invité à rester chez lui - c'est le nouveau visage de la charité. Chaque famille est invitée à suivre les instructions qui lui sont données - subtilement, pour les garder en sécurité et en vie dans les mois à venir. Chaque pays renforce ses mesures de sécurité pour sauver des vies. Le monde s'est soudain empressé de revenir à l'essentiel. Et à un moment donné, grâce à ce nouveau Coronavirus 2019, une nouvelle perspective émerge lentement - que le monde passe soudain par ses mois de "Noviciat" - un temps et un espace si propices pour permettre à chacun de se RECUEILLIR, de se RECONNECTER, de se BRANCHER à nouveau  à la SOURCE même de notre existence.

La quarantaine communautaire renforcée semblait être comme celle d'un temps séparé de tout ce qui se passe à l'extérieur. Pour voir les choses sous un angle différent, plus grand et plus significatif - un renouveau. On pourrait remarquer des bouffées d’air frais qui soufflent depuis le début de cette pandémie, si seulement on était suffisamment conscient pour rester immobile et savoir qu'Il fait toutes choses nouvelles.

Au noviciat, tout découle de la prière et il en va de même dans le monde d'aujourd'hui - chacun, chaque famille, essaie soudain de faire renaître l’habitude de prier ensemble - qui malheureusement, à l'aube du nouveau millénaire, s'était estompée.

Tout comme les novices, le monde se voit maintenant dire quoi faire et comment faire les choses - car c'est pour le mieux à l'heure actuelle. Pour ceux qui avaient mené une vie insouciante, l'obéissance peut être un véritable combat. Mais si l'on considère que c'est une source de vie pour la communauté et pour le pays, on a l'humilité d'obéir et de faire confiance au fait que notre gouvernement et ceux qui s'occupent de nous savent et font ce qui est le mieux pour tout le monde. Nous apprenons à faire davantage confiance à Dieu parce que tous nos projets sont mis à l'arrêt - Dieu prend maintenant le contrôle de notre chemin. Notre MAINTENANT, c'est que nous apprenons à vivre au jour le jour.

Peut-être que la terre aussi respire le meilleur d'elle-même. C'est seulement à ce moment que nous avons cessé de polluer notre maison commune, s'il y a quelque chose qui mérite d'être remercié, c'est bien cela. Que nous donnions un peu d'espace à notre environnement. Le moment où les nations de première classe arrêtent leurs productions et leurs usines. Quand les autoroutes du monde seront libres de voitures. Avons-nous vraiment pris le temps de nous arrêter au lever du soleil pour admirer les rayons dorés que nous pouvons maintenant voir clairement ? Ou avons-nous même pris le temps de regarder fixement la beauté du coucher de soleil ? Peut-être que la vaste mer s'amuse aussi lorsque les plages sont vidées, lorsque les bateaux sont à quai. La Terre mère nous remercie probablement de lui permettre de respirer à nouveau.

Pour nous, la communauté du noviciat, nous sommes soudain chez nous, loin de chez nous. Nous nous retrouvons avec nos plus grandes communautés ici à l’Assomption de San Lorenzo. Ceci aussi est pour nous comme une bouffée d'air frais, qu'en ce temps de pandémie, nous sommes avec nos sœurs - pour prier ensemble, pour agir ensemble afin de répondre à l'appel PRÉSENT de notre temps. Etre déracinées de notre réalité en tant que communauté de formation est déjà un défi. Être d’un seul coup projetées dans une dynamique et un contexte différents nous invite à élargir nos perspectives et notre sens du moi. Le don même des deux communautés de Cana et d'Emmaüs nous a aidés à entrer dans une autre voie de formation – à continuer de nourrir notre sentiment d'appartenance à une communauté plus large. Aujourd'hui plus que jamais, nous apprenons que la formation ne se limite pas aux quatre coins de la maison du noviciat, elle va aussi loin que nos dispositions peuvent l'embrasser.Nous sommes ici depuis plus d'un mois, et à notre manière, avec les deux autres communautés, nous essayons de rendre service à nos compatriotes qui bravent la bataille contre notre ennemi commun invisible - COVID 19. La semaine dernière a été pour nous l'occasion d'être à la fois "Marthe et Marie" afin de répondre aux besoins de nos soldats du front et de certaines familles pauvres des environs en leur fournissant respectivement des colis-repas et des colis alimentaires.   

Quant au reste des Sœurs, nous nous engageons à prier le chapelet chaque soir pour demander l'intercession de Notre-Dame pendant ces temps difficiles. L'Urbi et Orbi du pape François donne comme interprétation classique de "l'espérance jaillit éternellement". Le pape n'a pas promis un miracle soudain pour mettre fin à cette pandémie. Mais notre espérance découle de ceci : que Jésus soit avec nous tous tout au long de cette épreuve. Il est notre "Emmanuel" et il n'abandonne jamais. Le moment venu, nous ne pouvons qu'attendre l'invitation d'un jour nouveau. Nous traversons peut-être la plus longue période de carême de l'histoire, mais nous avonstoujours la promesse de Pâque - une résurrection glorieuse et pleine d'espérance. Car nous serons toujours un peuple de Pâques !