local_offer Covid19 FR

Notre regard sur ... la province d'Espagne

N eventvendredi 5 mars 2021

Comment vivons-nous notre confinement du coronavirus ?

Qui aurait cru que nous vivrions un tel Carême ? Les événements nous ont fourni une nouvelle manière de cheminer vers Pâques.

Nous avons commencé le mois de mars avec tous les préparatifs pour célébrer le jour de la Sainte Marie Eugénie. Différentes façons de le célébrer selon la mission de la communauté. Dans les écoles, en réalisant différentes activités pour approfondir et se souvenir de sa vie. Certains d'entre nous ont préparé cette fête par une simple neuvaine à Marie-Eugénie. Le 10, les sœurs et toute la communauté éducative se sont réunies pour célébrer la fête. Les élèves ont commencé la journée festive avec leurs professeurs principaux qui ont préparé des activités spéciales pour l'occasion. La matinée s'est terminée, ou a commencé, par la célébration de l'Eucharistie ; très bien préparée et avec la participation de tous. La journée s'est terminée par la réunion de toute la communauté pour un repas dans une ambiance fraternelle, ou par un apéritif festif, où la tourte de l'Assomption ne pouvait manquer. Les Insertions ont également préparé la fête de Sainte Marie-Eugénie en toute solennité, avec une grande variété d'activités et de célébrations. La tourte de l'Assomption a également ravi tout le monde.

         Mais cette même semaine, la vie a changé pour tout le monde. Le gouvernement central du pays a décidé, en raison du Covid 19, la suspension de l'activité d'enseignement dans tous les centres éducatifs, qui resteront fermés jusqu'à nouvel ordre ; il propose une autre façon de travailler avec les élèves, la téléformation. Cela a également affecté les insertions et, par conséquent, toutes les activités des Centres Assomption ont été suspendues.

     Nous restons toutes à la maison... Nous nous adaptons, certaines à la vie dans une école vide, sans bruit, sans jeux d'enfants, sans la joie que l'on ressent normalement à certains moments de la journée ; d'autres dans notre couvent, notre appartement, à l'expérience d'être enfermées avec un sentiment un peu étrange.

     Nous n'avons jamais pensé qu'une chose aussi petite que le coronavirus pourrait nous apprendre autant de choses. Oui, il nous a appris qu'il choisit certains pour faire son nid, les laissant isolés, et qu'elle respecte les autres. Il sait que comme ça la vie en communauté et que, tandis que certaines se battent pour vaincre le virus, d'autres vivent en assurant la propreté, en préparant les repas et en s'occupant du contrôle sanitaire... Dans les communautés où tout le monde va bien, le partage des tâches et le sentiment d'être responsable de tout, c'est notre vie à l'heure actuelle. Cette expérience nous aide à vivre différemment : les liens fraternels se sont renforcés et l'attention portée à chaque sœur s'est intensifiée. Nous avons également remarqué que tout était différent lorsque nous avons appris que plusieurs sœurs d'autres communautés étaient touchées ; et plus encore lorsque dans notre propre communauté, une sœur a dû être hospitalisée ; alors notre implication s'est intensifiée.

     Nous nous sentons solidaires dans la prière et proches par le téléphone des personnes qui vivent seules et nous soutenons nos frères qui souffrent. Une autre initiative d'une communauté (Malaga) : "L'école avait stocké des repas pour les enfants et les enseignants, et il a été décidé d'en faire don à Anfremar (Association de El Palo qui nourrit les sans-abri) qui en manquait déjà et était dans le besoin.

     En gardant nos distances dans les lieux où nous sommes ensemble, nous avons vécu des moments de partage profond, de loisir, de gratuité et, surtout, notre prière a eu une autre dimension et nous a posé des questions : Qu’est ce veut Dieu nous dire avec tout ce que nous vivons ? Comment pouvons-nous découvrir le triomphe de la VIE dans cette situation de douleur et de mort ?

     Ne pouvant pas avoir l'Eucharistie quotidienne, la plupart des communautés ont rejoint Treize TV pour l'Eucharistie "communautaire" de chaque jour. Nous ressentons une communion particulière dans ces moments difficiles. Nous avons également profité des moments d'adoration à la cathédrale de Tolède, de l'Angélus, du chapelet prié avec le Pape, du lien avec Rome, en écoutant l'homélie quotidienne du Pape à Santa Marta. Certaines préparent une célébration spéciale. Nous sentons que la liturgie, le chant de l'office nous aide à garder à l'esprit la situation de notre monde et à avoir confiance en la miséricorde et la bonté de Dieu en faisant monter heure après heure le cri de notre peuple et en étant convaincues qu'il accompagne notre vie, et nous unit à tant de voix qui s'élèvent sur notre planète pour louer notre Dieu à travers les psaumes qui résonnent d'une manière particulière.

On s'en tient au confinement dans la maison. Nous allons seulement à la pharmacie (on fait les commandes pour toutes au besoin) et au magasin pour compléter ce dont nous avons besoin pour les repas. Nous grandissons dans un esprit de communauté et dans une plus grande communication : personnelle, apostolique, des événements du monde. Nous jouissons également d'un silence qui nous unit de l'intérieur. Chaque jour, la monotonie du silence de rues désertes est brisée, de cet isolement dans lequel nous nous trouvons, quand nous ouvrons nos fenêtres sur les quartiers où nous vivons à 20 heures, rejoignant tout le monde, avec de forts applaudissements, reconnaissant et applaudissant le dévouement de tant de soignants, de la police, de la protection civile, des pompiers, des transporteurs...qui vivent pour aider et soutenir... et nous apprenons que notre Dieu est dans cette histoire, accompagnant, caressant... et soutenant nos espoirs.

     Nous sommes touchées et reconnaissantes pour tant de gestes de solidarité et d'humanité qui surgissent continuellement venant de nombreux endroits ; la délicatesse des gens qui prennent soin de nous constamment, s'inquiétant de chacune de nous ; tout est incroyable ; cela donne vie à notre Mission de faire de ce monde un lieu de gloire pour le Dieu qui désire le bonheur de chaque frère.

     Et en même temps, nous apprécions la créativité des gens pour faire des choses, même matérielles, qui jaillissent les unes des autres. Nous avons également appris la créativité solidaire de nos professeurs et de tant de collaborateurs. Face à la pénurie de PEV pendant cette pandémie du coronavirus, pour les équipes de santé et les personnes en général, notre communauté de Pedregalejo à Malaga (école) a ressenti l'appel urgent de l'Association des voisins d’ El Palo et, avec le responsable du groupe d’Assomption Ensemble, nous nous sommes organisés pour fabriquer des masques homologués.

On voit se manifester les valeurs des gens qui nous entourent, des familles de l'école, des insertions... On ne peut pas se plaindre de quoi que ce soit. Avec un grand jardin, les promenades et les "marches" nous aident beaucoup, au moins celles qui peuvent en profiter. Jamais un silence n'a été aussi plein de noms et jamais il n'a été habité par autant de visages : Ceux de nos familles, des différentes communautés et surtout ceux d'Italie et des maisons de sœurs âgées, ceux de nos professeurs et de tant de familles, ceux de nos bénévoles et des personnes qui viennent à nos ateliers dans les Centres de l'Assomption, qui nous demandent sans arrêt des prières, convaincus que ce n'est qu'avec l'amour de Dieu, avec sa force et avec l'union de nous tous que nous pourrons sortir de ce cauchemar.    

     Tout cela nous amène à la conclusion que les êtres humains sont fragiles, même s'ils pensent le contraire, et que nous n'avons pas la capacité de TOUT savoir. Notre foi a été renforcée. Pâques est proche. Notre Foi et notre Espérance nous assurent que Jésus est vainqueur de la mort par sa RESURRECTION.