local_offer Covid19 FR

Notre regard sur ... la province de l'equateur

N eventvendredi 5 mars 2021

"Nous avons réalisé que nous étions dans le même bateau, tous fragiles et désorientés ; mais en même temps importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin d'un confort mutuel. Dans ce bateau, nous sommes tous (...) Nous ne sommes pas autosuffisants ; seuls, nous coulons. Nous avons besoin du Seigneur comme les anciens marins ont besoin des étoiles..." François

22 719 cas au 26 avril 2020 5 semaines de quarantaine. Je ne veux pas parler de ceux que nous avons perdus parce qu'aucun chiffre ne serait exact. Ce sont des chiffres qui nous permettent de partager un drame universel et qui ne correspondent pas nécessairement à la réalité dans un pays où les résultats des tests covid19 commencent tout juste à fournir des données plus proches de la vérité. Personne n'était préparé à cela. Personne ne peut penser pour l'instant à ce que sera l'avenir à moyen et long terme.

Dans notre province, les scénarios sont divers. Nous pouvons parler de celles qui ont vécu la quarantaine dans les deux communautés de la sierra (Quito et Zumbahuayco). Celles qui l'ont vécu à Muisne, celles qui le vivent à Guayaquil et celles qui - à cause de l'immobilité imposée et de l'état d'urgence - ont dû le vivre avec les leurs, parce que le mandat d'isolement obligatoire nous a pris par surprise en rendant visite à nos familles, comme c'était le temps des vacances scolaires.

Pour nous toutes, le souci des plus fragiles, la communion profonde et priante avec ceux qui souffrent ici et dans le monde, et la gratitude pour ces petits services invisibles, ont été les principales priorités. Dans notre province, la Semaine Sainte a toujours été éminemment missionnaire. Les communautés s’organiasaient avec Assomption Ensemble pour aller dans les villages les plus éloignés et les moins fréquentés et pour offrir les célébrations liturgiques du Triduum pascal accompagnées par de jeunes missionnaires pour la plupart. C'était un moment fort pour vivre ces jours saints en proclamant la Parole, ou en annonçant les mystères de la Passion en accompagnant la croix des plus démunis de notre peuple. Mais la quarantaine nous a obligées à trouver d'autres moyens missionnaires pour accompagner notre peuple, les enseignants dans nos œuvres, les jeunes avec lesquels nous travaillons, Assomption Ensemble, à travers les réseaux et les différentes plateformes virtuelles.

Une Semaine Sainte différente... plus priante, plus "à l'intérieur". Avec notre peuple crucifié présent sous d'autres formes : dans les milliers de personnes qui nous ont laissé avec la pandémie, dans le deuil de tant de familles connues, proches et aimées, dans la confusion partagée, l'impuissance et les questions : que pouvons-nous faire de plus ? comment pouvons-nous aider plus et mieux ?

Les questions ont ouvert de l’espace à la créativité. Pour celles d'entre nous qui se trouvent à Guayaquil, la ville blessée avec au moins 7000 morts (officieux) et l'épicentre de la pandémie en Equateur, nous avons trouvé une pastorale de proximité et de confinement : à travers les réseaux, pour consoler, renforcer, accompagner, sympathiser, créer des chaînes d'aide avec des choses très petites et concrètes : médicaments qui manquent, nourriture, courses pour ceux qui ne le pouvaient pas, contacts avec les médecins, etc... et surtout avec des prières demandées par les uns et les autres en permanence. Partager avec les gens la peur quotidienne, la pénurie, le sentiment de perte constante, l'anxiété face au nombre croissant de malades et aux mesures de sécurité sanitaire qui s'aggravaient au fil des jours. Se contenter du nécessaire, poser les yeux sur l'essentiel. Les images qui ont fait le tour du monde étaient pour nous une triste réalité avec des noms très concrets : des corps non enterrés, des morts anonymes, des parents à la recherche de leurs morts, des familles qui ne pouvaient pas être accompagnées dans leur deuil et n'avaient pas le soulagement d'enterrer les leurs. Nos laïcs ont été très touchés, et avec eux nous faisons aussi l'expérience de la force de la communauté et de la puissance de la Résurrection.

Celles d'entre nous qui vivaient ces jours-ci confinés dans leurs familles ont redécouvert la valeur de l'Église domestique, la force des racines et la portée missionnaire de chaque geste. Nous avons appris à être et à construire une communauté d'une autre manière : les réunions virtuelles et gratuites, les prières partagées sur les plateformes, les célébrations et les festivités en ligne se multiplient. C'est à nous de partager notre temps entre le travail domestique, le télétravail, la pastorale en ligne, une autre façon de prier...

Il y a des moments très difficiles à venir. Nous avons de longues réunions virtuelles pour réfléchir avec nos collaborateurs à la manière de faire en sorte que l'impact sur la vie des familles de nos œuvres ne soit pas trop dévastateur. Nouvelles politiques salariales, nouvelles formes de solidarité. Il y a déjà 35% de chômeurs dans notre pays avec cette crise qui, pour ne rien arranger, a vu le prix du pétrole tomber à -38$ ! Désolant pour un Equateur qui vit de la production de pétrole.

Je termine cette histoire - probablement très similaire à ce que vivent nos sœurs sous d'autres latitudes - par une anecdote familiale :

"Nous avons eu besoin de sortir et d'être en contact avec les gens de la région. Nous n'avons pas pu le faire parce que nous étions très réduites et parce que la composition de la communauté ne le permettait pas. Mais le Seigneur nous a donné le don de rencontrer les familles des personnes touchées, les plus pauvres et les voisins d'une manière très libre et particulière que la communauté a lue comme providentielle. C'était comme une manne dans le désert. La bonté de Dieu nous est venue à travers un avocatier ! - planté par Cécile, notre sœur fondatrice, missionnaire toute sa vie sur notre terre. C'était la première fois qu'il portait ses fruits et il était tard parce que le temps pour lui était passé. Chaque jour, nous en avons récolté une partie pour nous et pour partager.

Cela nous a donné une raison d'ouvrir nos portes et d'être plus proches de la situation de détresse et de besoin que beaucoup de gens traversent. Nous avons commencé à appeler les voisins, les personnes que nous savons dans le besoin, les convalescents, pour qu'ils partagent avec nous, puisque les médecins le prescrivent aux personnes atteintes de covid19 pour reconstituer leur PH. Nous les appelons, nous leur laissons les délicieux fruits à la porte et ils entrent et nous laissent une petite chose. C'est un très bel échange, à distance, oui, mais très significatif..."

Nous terminons par ces mots de D. Aleixandre rscj, qui expriment une grande partie de ce que nous vivons : "Oui, nous avons appris un peu plus, à ne pas séparer Dieu de la vie elle-même, à ne pas désirer d'apothéose en dehors de notre vie quotidienne, nous commençons à comprendre ce qu'est l'Incarnation. Nous sommes, comme Nicodème, en train de renaître".

Maria Eugenia (Mayi) Ramirez, ra

26 avril 2020