local_offer Les Religieuses

Province d'Amérique centrale et de Cuba : vœux perpétuels d'Ingrid et vœux temporaires d'Ilma

P eventmercredi 8 décembre 2021

Les vœux perpétuels d'Ingrid

Je m'appelle Ingrid Azucena Pojoy Yocuté, j'ai 32 ans et je suis guatémaltèque. Le 19 septembre a eu lieu la cérémonie de ma profession perpétuelle, c'est-à-dire que, grâce à la miséricorde de Dieu, j'ai confirmé mon engagement de toute une vie comme Religieuse de l'Assomption. Ce désir d'être tout de Dieu s'inscrit dans un contexte concret, celui de la pandémie du Covid 19.

Il semble contradictoire que dans ce contexte d'incertitude et de prise de conscience de notre fragilité en tant qu'humanité, il y ait des personnes qui s'engagent pour la vie. Cependant, je crois fermement que la confirmation de mon désir de contribuer toute ma vie au projet de Dieu en dit plus sur la manière d'agir de Dieu que sur la mienne. Pourquoi ? Parce que cela signifie que Dieu est passionné par l'humanité et compte aussi sur notre fragilité pour réaliser son projet d'amour. C'est à partir de cette certitude qu'aujourd'hui je continue à marcher et avec le désir de dire à Dieu : Comptez sur moi !

 

 

Les vœux temporaires d'Ilma

Je m'appelle Ilma del Carme Jirón Duarte. J'ai quarante ans.

Je suis Nicaraguayen.

Qu'est-ce que cela a signifié pour vous de prononcer vos premiers vœux dans le contexte de la pandémie ?

Faire mes vœux en période de pandémie a une signification de la présence et de la proximité du Dieu vivant dans notre histoire, si difficile et douloureuse pour de nombreuses familles qui ont perdu leurs proches.

Il s'agissait de renouveler la vie dans un acte de foi et de responsabilité centré sur Jésus. Elle a une très grande signification pour nos personnes et nos familles, car je me donne à Dieu avec amour et liberté, paix, sérénité, en lui offrant tout mon être, ma volonté, et en me disposant à marcher dirigé et guidé par lui et sa volonté, afin que le royaume vienne à tous. Puissions-nous réveiller la recherche pour le connaître et l'aimer, là où il semble que la foi soit obscurcie, que Dieu soit absent.

C'est un signe de bonne nouvelle, de transmission d'un message d'espoir, de foi, de prière, de recherche pour se concentrer uniquement sur lui, et que notre vie est entre ses mains et que nous ne lâchons pas jusqu'à ce qu'il la prenne, nous n'abandonnons pas, nous n'avons pas peur non plus, nous résistons et affrontons avec force, confiance et responsabilité cette pandémie qui menace, arrache la liberté, désespère d'être enfermé, mais nous luttons pour protéger, défendre et renouveler les vies.