local_offer JPICS

Saison de la Création – 2020 – 1. Guérir la Terre - Ne pas la laminer avec du plastique !!

S eventjeudi 24 septembre 2020

Original : anglais

Ces derniers temps, il y a eu une prise de conscience de plus en plus grande de la nécessité de prendre soin de l'environnement et de protéger la terre en tant que biosphère - la seule maison que nous connaissons - afin que la vie puisse s'épanouir et que la beauté et la diversité de la création soient préservées. Bien q'il est vrai que la nature est puissante et qu'il existe des forces dans la nature qui ont provoqué des changements catastrophiques qui ont radicalement changé le cours de l'évolution de la vie et le cours de l'histoire humaine de manière bien au-delà du contrôle humain, au cours des deux cents derniers des années environ, les choix que les êtres humains ont faits, en tant qu'individus et en tant qu'entités politiques, ont poussé le monde au bord d'un précipice, dont la terre ne serait plus jamais la même et prendrait des milliers d'années à se remettre. Parmi les choix qui ont contribué à la dégradation de l'environnement, il y a l'exploitation incessante des forêts anciennes, l'utilisation incessante des combustibles fossiles, une industrialisation qui a créé des montagnes de déchets et a pollué le ciel, des pratiques de pêche destructrices, des méthodes agricoles qui ont contribué à un monoculturalisme malsain.

Dans son encyclique Laudato Si de 2015 et sa décision de mai 2020 déclarant la période entre le 24 mai 2020 et le 24 mai 2021 comme une année anniversaire spéciale Laudato Si, le pape François a appelé les personnes de bonne volonté du monde entier à se réveiller et à prendre responsabilité pour cette terre qui est notre seule demeure. Il a tenu devant nos yeux un miroir par lequel nous voyons par nous-mêmes les effets de nos choix et de nos modes de vie et nous a appelés, en tant qu'une seule humanité, à faire des changements dans notre façon de vivre non seulement pour le monde des créatures vivantes en général, mais aussi en notre propre intérêt en tant qu'êtres humains individuels et la communauté humaine dans son ensemble. Soit nous nous repentons et nous renouvelons nous-mêmes et notre monde, soit nous nous autodétruisons en emportant le reste de la création avec nous.

Parmi les diverses inventions qui ont beaucoup contribué à la prospérité humaine au cours des deux derniers siècles, il y a la découverte de la façon de fabriquer du plastique et de le mouler pour rendre les milliers de petites et grandes choses qui ont contribué à rendre nos vies plus confortables. Mais maintenant, nous nous rendons compte que le plastique, tout en étant dans un certain sens une grande bénédiction, est malheureusement devenu pour nous l'une de nos plus grandes malédictions car il est en grande partie non biodégradable et peut rester dans le sol ou dans les eaux pendant des centaines d'années.

Les débris de plastique se trouvent absolument partout. Il obstrue les canalisations de nos villes, on le trouve ballotté par le vent dans les décharges auxquelles les modes de vie modernes ont donné naissance. On trouve du plastique qui s’empile partout, des pentes du Mont Everest aux profondeurs de nos mers et océans. Le ‘Great Pacific Garbage Patch’, qui est principalement composé de plastique, a une superficie de 1.6 km2 et au moins trois fois la taille de la France. Des déchets plastiques se trouvent dans l’estomac de plus de 50% des tortues marines du monde et de près de 90% des oiseaux marins du monde. Même les baleines géantes se sont étouffées avec du plastique dans les tripes. 

Bien que nous ne soyons peut-être pas encore en mesure d'arrêter complètement d'utiliser le plastique, nous pouvons faire une différence significative pour inverser le phénomène de dégradation de l'environnement en arrêtant complètement l'utilisation du «plastique à usage unique» et en utilisant à la place des alternatives moins nocives. Les plastiques à usage unique sont des articles en plastique tels que des assiettes, des fourchettes et des couteaux, des bouteilles d'eau, des emballages alimentaires, des pailles, des sacs d'épicerie, etc. fabriqués à partir de ce matériau, qui ne sont utilisés qu'une seule fois, parfois pendant quelques minutes, puis jetés. Le plastique à usage unique représente environ 50% de tout le plastique utilisé et moins de 1% de ce plastique est recyclé dans le monde.

En ces temps où il y a une plus grande prise de conscience partout dans le monde de notre responsabilité pour cette planète, en particulier parmi les jeunes , nous, les Religieuses de l'Assomption, voulons rejoindre ceux qui travaillent pour sauver la terre avec nos propres initiatives animées dont certaines peuvent sembler humbles et même insignifiantes. Mais nous pouvons faire la différence! Un simple geste de la part d'une seule sœur ou collaboratrice/teur, un petit choix de style de vie ne serait-ce qu'une seule communauté peut contribuer à renouveler notre terre et à en faire le véritable oikos [maison] qu'elle est censée être. En tant que Religieuses de l'Assomption, nous voulons prêter serment pour mettre fin à l'utilisation du «plastique à usage unique» dans notre vie personnelle, communautaire et apostolique. J'espère que nous pourrons tous nous unir, avec l'équipe JPICSRA, dans cet effort. Il existe de nombreux changements de style de vie que nous pouvons adapter en faveur de l'environnement. Celles-ci peuvent sembler petites et sans importance, mais elles contribueront sûrement à protéger notre planète. Nous devons mettre un terme à l’utilisation du plastique «à usage unique» et pourquoi ne pas commencer dès aujourd'hui?

En tant qu'équipe JPICSRA, nous aimerions recommander les points suivants pour la considération des sœurs et collaborateurs individuels ainsi que celle de nos communautés et Provinces Assomption :

  • Créer la conscience de soi-même, des autres et des collaborateurs. Cela peut être fait par le biais des médias sociaux, des slogans, des flip cards, des écorcheurs, des rassemblements de sensibilisation, des panneaux de sensibilisation, etc.
  • Utilisez des alternatives telles que des sacs en tissu, des sacs en papier, des sacs fourre-tout en toile réutilisables, etc. lorsque vous allez à l'épicerie ou au magasin de provisions. Utilisez des bouteilles en verre qui peuvent être réutilisées.
  • Acheter sur les marchés locaux où des produits frais sont disponibles sans autocollants ni emballage en plastique. Limitez la consommation de plats cuisinés surgelés.
  • Faites des choix qui reflètent un mode de vie de réduction, de réutilisation et de recyclage.
  • Dites «non» à l’eau en bouteille conditionnée.
  • Dites non aux pailles, tasses et couverts en plastique.
  • Évitez les produits contenant des microbilles et des microfibres à base de plastique. Achetez des vêtements composés de fibres naturelles.
  • Utilisez des chiffons de nettoyage et des éponges naturels au lieu des éponges en plastique et des éponges synthétiques.
  • Passez au savon normal au lieu du savon liquide. Utilisez du dentifrice, du détergent à lessive, etc. qui ne viennent pas dans des emballages en plastique.
  • Évitez les ustensiles de cuisine incollable.
  • Minimisez le gaspillage alimentaire et les restes de compost pour éviter les sacs à ordures en plastique.
  • Rendre toutes nos écoles et collèges «verts». Dans notre travail d'éducation, nous nous concentrons, dès le début, sur la culture de modes de vie sains qui respectent l'environnement et contribuent au renouvellement de la terre.

Vous pouvez le faire de manière créative, partagez avec nous vos efforts!

Merci pour votre coopération et votre soutien.

Sr Deepti Srankal  (Équipe JPICSRA)