local_offer Les Religieuses local_offer L’éducation

Province de l'Équateur : Des gouttes de communion et d'esperance

P eventmardi 5 juillet 2022

«  … Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. »  Mc. 4,27

Des gouttes de communion et d'esperance

 

Depuis 1995, nous sommes insérées dans une zone frontière, dans le quartier Oriente Quiteño, Paroisse de Santa María de la Argelia. La fermeture de la crèche et de l'école en 2013, a laissé un grand vide chez les familles, si bien qu’en réponse à l'appel à "vivre l'expérience féconde d'être Assomption Ensemble", nous avons commencé un chemin pour redéfinir notre présence à Quito. À la suite de cela, en juillet 2021, a été lancé le projet Vacances Assomption, qui a fait connaître aux parents d'enfants âgés de 5 à 12 ans, un nouveau projet, Centre de soutien scolaire Assomption au service de la vie, qui a débuté en octobre de la même année.

Au niveau mondial, la pandémie a mis en évidence l'exclusion des secteurs les plus vulnérables de la société : socio-économique, éducatif, familial, affectif, sans pour autant exclure le religieux. C’est pourquoi, la voix prophétique de Sainte ME qui affirme que "l'amour de l'Eglise est notre sceau d'identité", cadre notre réponse : l'invitation du Pape François à participer à un Nouveau Pacte Educatif visant à " construire une civilisation de l'harmonie et de l'unité".

Le Pacte Educatif, « une éducation transformatrice », qui favorise la participation consciente de chacun des agents : " chaque action est importante, non seulement à cause de ce qui est fait, mais pour qui nous le faisons, Jésus-Christ. Ces sept premiers mois ont montré l'action de l'Esprit qui se sert de ces "petits et fragiles moyens pour rendre le Royaume présent".  Ce petit projet crée une solidarité entre amis et voisins qui partagent, à partir de leur pauvreté, les frais de matériel de biosécurité, des fournitures scolaires, des collations, etc. Selon leurs possibilités, les parents contribuent aussi par une petite cotisation mensuelle ; d'autres enfants sont soutenus par des amis de l'Assomption. Un jour par semaine, nous sommes recevons l’appui, en solidarité, de trois étudiants en dernière année de pédagogie à l'ESPE.

Ce fut une période de reconnaisance incessante des parents qui, en raison de circonstances professionnelles ou du manque de moyens, ont expérimenté l'impuissance et la frustration. Cette déficience s'est transformée en joie : "mon fils est venu avec beaucoup de peur, mais ensuite quand je l’ai pris dans mes bras, j’ai vu la joie sur son visage" ; "je ne connaissais que la prière à l'Ange Gardien, le chant de mon fils à l'oreille me fait apprendre le Notre Père, mais surtout que j'avais laissé cette responsabilité à la grand-mère et je sens que je dois m'impliquer" ; "l’institutrice à l'école ne me parle que du comportement de ma fille, mais vous, pas de plainte et ma fille est heureuse".

Comment ne pas rendre grâce à Dieu pour cet espace de guérison de blessures infligées ou volontaires ! Selon les mots des enfants : "quand toi, tu me demandais quelque chose, moi-même, en répondant, j’affirmais que ce que je disais ou faisais était mal" ; "aide-moi, je vais me faire opérer, que dois-je faire pour ne pas avoir peur ?"  Le geste de poser les mains sur celles de l'enseignant et de répéter ensemble une invocation de protection à Dieu parle de confiance, d'amour.  "Je ne comprends pas, ça me met en colère ! Pourquoi l'enseignant (classe virtuelle) dit : ne laissez pas vos maris... nous sommes des filles, nous n'avons pas de maris ! L'accueil, l'écoute, les mots tendres, les soins personnalisés, l’atmosphère familiale, favorisent ce processus de guérison. 

Etre une communauté fraternelle qui privilégie des relations humaines et miséricordieuses, se manifeste au travers de ces expressions toute spontanées : "Je suis heureuse ! Les petites sœurs, les professeurs sont bons ! Ici on apprend !  Je voudrais venir aussi l'après-midi ! Mon fils est en train d’apprendre et change de comportement, il a terminé l'école primaire, il ne voulait pas continuer à étudier... il est heureux, il a commencé à lire et à écrire !

Comme la Vie, qui grandit par de petits gestes, avec la certitude que "Dieu ne regarde pas ce qui est fait, mais l'amour avec lequel on le fait", ce projet se dessine comme une Église en sortie... Nous sentons que c'est Marie qui nous encourage... "faites ce qu'il vous dira". Sainte Marie Eugénie nous guide et l'Espérance nous envahit.

 

Communauté de Quito

Équipe de coordination

 

Emilia Arguello Santos.

Sarita Panchana Vera.

Carmen Rosa Peñaranda.